CFTC Paris | à défaut d’étrennes…
172
post-template-default,single,single-post,postid-172,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

à défaut d’étrennes…

à défaut d’étrennes…

Communiqué de presse de La CFTC PARIS


Quatre Vœux de la CFTC-PARIS pour 2008.

 

Que les parlementaires n’utilisent plus de procédures d’urgence pour faire passer des amendements qui ont pour conséquence de faire travailler plus les salariés en leur faisant gagner moins.
Le 20 décembre, Madame Isabelle Debré, Sénatrice UMP, a déposé un amendement permettant au commerce de l’ameublement, celui du bricolage et de l’équipement de la maison, d’ouvrir désormais de manière habituelle le dimanche. Conséquence : les salariés qui bénéficiaient d’une majoration de 100% pour « travail exceptionnel du dimanche (dans le cadre des dérogations à l’interdiction légale) », article 33 de la convention collective nationale du négoce de l’ameublement, ne peuvent plus s’appuyer sur la convention collective, le législateur ayant rendu habituel ce qui était exceptionnel.


Que les salaires permettent à tous, notamment dans la grande distribution, de vivre dignement sans avoir recours à des « primes exceptionnelles », rachat de RTT ou autres rustines du pouvoir d’achat.


Que la justice soit la même pour tous; notamment en banlieue; du délinquant économique qui ouvre illégalement le dimanche sous prétexte que « cela rapporte », à l’habitant sans le sou qui devient voyou parce que « cela rapporte ».


Que l’économie soit au service des femmes, des hommes et de leur famille, et qu’elle ne soit plus cette machine sans âme, qui régente la vie du plus grand nombre au profit de quelques-uns.


Paris, le 27 décembre 2007.


Contact : Joseph THOUVENEL