CFTC Paris | Agents en souffrance au conseil régional d’ile de France
1125
post-template-default,single,single-post,postid-1125,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Agents en souffrance au conseil régional d’ile de France

Agents en souffrance au conseil régional d’ile de France

Quelques agents ont manifesté, le 15 mai 2012, à l’appel des syndicats Synper – FA-FPT et CFTC, devant le conseil régional d’Ile-de-France, pour alerter sur deux suicides récents dans la collectivité.

Vingt agents réunis sous la pluie, le 15 mai, face au siège parisien de la région Ile de France, à l’appel des syndicats Synper – FA-FPT et CFTC. En silence, pour briser le silence sur deux suicides récents – un agent de lycée en mars 2012 et le secrétaire général de l’unité patrimoine et moyens généraux, en novembre 2011 – et sur cinq tentatives : des personnes reconnues inaptes, mais maintenues à leur poste par manque de décisions et de possibilités de mobilité, auraient craqué.

Après s’être vu refuser l’examen de différents cas en Comité d’hygiène et sécurité (CHS), le Synper a porté l’affaire en référé afin que le juge prenne les « mesures utiles », notamment sur le document unique (DU), obligatoire, mais inexistant à la région malgré les propositions syndicales.

L’Ile-de-France en retard dans la gestion de ses agents ? – « la région la plus riche est la plus en retard. Ses élus s’intérennent aux Franciliens, pas à ses 11 000 agents » déplore son représentant, Vincent Callies qui note que d’autres conseils régionaux ont fait preuve de plus de réflexion et d’inventivité dans la gestion de leurs ressources humaines.

« Depuis qu’on ne fait plus partie de l’Etat, la pression a augmenté. Des agents sont en souffrance. Dans les lycées, l’agent chargé de la mise en œuvre des règles d’hygiène et de sécurité (acmo) n’est plus un maître ouvrier, sur le terrain, mais un membre du personnel administratif, qui reste dans son bureau », souligne Eric Alves (CFTC).

« J’ai réuni un CHS en urgence. La police mène une enquête. Une commission paritaire a été mise en place. On ne peut pas nous dire que l’exécutif est resté silencieux », proteste de son côté Michèle Sabban, vice-présidente de la région Ile-de-France, chargée du personnel, admettant du retard sur le document unique. Un état des lieux est prévu en juin, lors du prochain CHS.