CFTC Paris | Béatification de Jean-Paul II
840
post-template-default,single,single-post,postid-840,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Béatification de Jean-Paul II

Béatification de Jean-Paul II

Un combattant de la justice sociale reconnu par ses pairs

Jean-Paul II restera dans l’histoire comme le pape qui, par son action persévérante, a contribué à libérer les pays d’Europe centrale et orientale du joug communiste. On se souvient notamment du soutien sans équivoque apporté au mouvement social polonais pour construire un syndicalisme libéré de la dictature du parti unique et au service de tous les travailleurs sans exclusive.

 

Tout à la fois visionnaire et ancré dans la réalité, Jean-Paul II a redonné un second souffle à la pensée sociale chrétienne. Dès son accession au trône de Pierre, il a rappelé avec force les principes éthiques et sociaux qui doivent guider l’engagement des chrétiens et des syndicalistes dans la vie sociale. « L’option préférentielle pour les pauvres » a constitué la charpente de tous ses grands textes sociaux de L’appel de Puebla (1979) à la publication de Centesimus annus (1991).

 

Pour les syndicalistes d’inspiration chrétienne, l’encyclique Laborem exercens (1981) reste un grand texte de référence : le souverain pontife évoquait en termes profonds et fermes le conflit capital/travail, avec la volonté de le dépasser, avec comme perspective le bien commun. C’est dans cet esprit qu’il a appelé les chrétiens à s’engager dans l’action syndicale en défendant la conception d’un syndicalisme à la fois combatif et constructif refusant toute compromission et l’impasse des idéologies matérialistes, notamment le néo-libéralisme.

 

Jusqu’à son dernier souffle, Jean-Paul II a milité pour une mondialisation centrée sur l’homme, n’hésitant pas à fustiger les grands groupes d’intérêt capitalistes, notamment les laboratoires pharmaceutiques insensibles à la souffrance des malades du Sida, qui sacrifient les valeurs de solidarité et de justice sur l’autel du profit. En février 2004, il allait jusqu’à dénoncer les dérives maffieuses de certaines mœurs politiques invitant tous les chrétiens engagés dans la vie publique à la rigueur et à la sincérité.

 

La CFTC PARIS continuera à militer à la lumière de son enseignement pour que les salariés et leurs familles se voient reconnaître tous leurs droits dans l’entreprise et dans la société.