CFTC Paris | Choisir son sexe
936
post-template-default,single,single-post,postid-936,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Choisir son sexe

Choisir son sexe


Chronique de J. THOUVENEL du 13.09.2011 sur Radio Notre Dame (100.7)
Lire la chronique, c’est bien ! L’écouter, c’est encore mieux !

Une fois n’est pas coutume, la chronique de cette semaine sera scientifique.

De cette science qui ne se trompe pas, qui vous apporte des connaissances exactes et approfondies.

 

Cette science qui, comme le disait Bergson « mesure et calcule en vue de prévoir et d’agir ». Celle qui est dorénavant enseignée dans les manuels de sciences de la vie et de la terre de nos lycéens.

 

Je veux bien évidemment parler de cette théorie dont la simple dénomination faisait dire à son auteur, Mme  Eve Kosofsky Sedgwick : « un terme relativement neuf qui connote étymologiquement une traversée des frontières, mais qui se réfère à rien en particulier, laissant donc la question de ses dénotations ouvertes à la contestation et à la révision ».

 

Avec une telle entrée en matière, nous sommes sûrs de côtoyer le grandiose. La connaissance avec un grand « C » est enfin à notre portée et à celle de nos enfants.

 

Que nous apprend cette théorie dite du genre – prononcez « gender », si vous voulez vraiment être pédant – le sexe biologique n’est pas un critère déterminant dans la différenciation homme/femme, c’est au contraire le milieu culturel environnant qui détermine l’appartenance à l’un des deux sexes.

 

En gros, ce que vous avez entre les jambes à la naissance ne détermine rien, c’est votre entourage et votre milieu qui font de vous un homme ou une femme.

 

Ce merveilleux concept étant relayé par de nombreux groupe de pression, non dénués de moyens.

 

Le Conseil Régional d’Ile de France a, par exemple, alloué près d’un million d’euros à l’institut Emilie du Chatelet, pour le développement et la diffusion de recherche sur les femmes, le sexe et le genre. Cet institut recevant également le soutien d’entreprises comme L’Oréal, Total ou Air France.

 

Je peux choisir mon sexe. Je deviens mon propre créateur. La toute puissance de l’Être Humain est à son apogée, Icare se rapproche du soleil et le Ministre trouve très bien que cela soit dans les manuels scolaires.

 

Il faut aller plus loin ! Comme me le disait à la sortie du Métro un éminent professeur, diplômé en sciences occultes, spécialiste du retour de l’amour et de la réparation de mobylettes et ordinateurs à distance. Il faut introduire dans nos livres de sciences, un chapitre « lecture de l’avenir dans le mare de café ».

 

Grâce à cet enseignement novateur, les parents pourront savoir à l’avance si leur progéniture choisira d’être femme ou homme et nous pourrons enfin dire, à l’instar de Kipling « tu seras une femme, mon fils ! ».

 

A la semaine prochaine !