CFTC Paris | Chronique de J. THOUVENEL du 09.02.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)
539
post-template-default,single,single-post,postid-539,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Chronique de J. THOUVENEL du 09.02.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)

Chronique de J. THOUVENEL du 09.02.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)

A la Halle aux Chaussures,  l’accord d’entreprise signé par la CGT est dénoncé par la CFTC, précise dans l’article intitulé « garanties accordées au personnel travaillant le dimanche » :

 

« En cas de refus d’un collaborateur de travailler le dimanche, il sera tenu compte des nécessités d’organisation et de bon fonctionnement du magasin, lesquelles pourront justifier la mise en œuvre d’une mobilité sur un autre magasin du réseau, notamment concernant l’encadrement ».

 

En clair, on vous sanctionne en vous mutant loin de chez vous.

 

Où est le volontariat promis ?

 

 

A Thiais, dans le Val de Marne, cohabitent 2 centres commerciaux. L’un qui ouvrait illégalement le dimanche, malgré les condamnations des tribunaux. L’autre qui respectait la Loi. Devinez ce que dit le Préfet, représentant de l’Etat ?

 

– le premier est autorisé à ouvrir le dimanche car il existait « une habitude de consommation dominicale « (illégale). Mais peu importe au Préfet !

 

– l’autre n’a pas le droit d’ouvrir. Respectant la Loi de la République, il ne peut justifier « d’une habitude de consommation dominicale ».

 

Accorder des avantages aux délinquants, c’est véritablement un message fort pour les banlieues.

 

Elle est où la tolérance zéro ?

 

Quant aux salaires, le doublement promis n’est pas inscrit dans les textes à l’exception de 3 zones géographiques.

 

Aussi, je voudrai remercier tous ceux qui se mobilisent pour préserver le repos dominical.

 

Quand vous faites reculer le veau d’or. Vous offrez à des milliers d’enfants et de parents un temps pour s’aimer qu’ils n’auront pas sans cela.

 

S’adressant au nouvel ambassadeur du Luxembourg, Benoît XVI soulignait à propos du dimanche :

«   Au-delà de sa signification religieuse, la singularité de ce jour rappelle à chaque citoyen sa haute dignité et que son labeur n’est pas servile.

Ce jour est offert à tous pour que l’homme ne soit pas réduit à n’être qu’une force de travail ou un consommateur mais qu’il puisse se reposer et consacrer du temps aux réalités les plus hautes de la vie humaine : la vie familiale, la rencontre gratuite avec les autres, les activités de l’esprit et le culte rendu à Dieu.

Il est important de ne pas perdre, dans une vaine et dangereuse course au profit, ce qui est non seulement un acquis social, mais surtout le trait d’une sagesse humaniste profonde. »

 

Merci très Saint Père.

 

Et à mardi prochain.