CFTC Paris | chronique de J. THOUVENEL du 13.04.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)
591
post-template-default,single,single-post,postid-591,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

chronique de J. THOUVENEL du 13.04.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)

chronique de J. THOUVENEL du 13.04.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)

Les réalisations et les capacités d’adaptation du 1% sont fortement reconnues. Le Conseil d’Etat par exemple, dans son rapport 2009 sur le droit au logement, met en avant le travail créatif d’action logement.

 

La haute juridiction insiste pour que l’autonomie des partenaires sociaux, gage dit-elle d’efficacité dans la proposition et dans l’action, soit respectée.

 

Si le Conseil d’Etat met l’accent sur ce point, la raison en est simple. L’Etat, depuis des années, n’a de cesse de capter ce qui lui apparaît comme une manne apte à financer les promesses de la classe politique.

 

Dès 1970, l’effort des employeurs pour la construction s’est vu délesté de la moitié de la ressource au profit de politiques mises en place par les pouvoirs publics.

 

Aujourd’hui, un mauvais pas supplémentaire a été franchi par la Loi dite de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion.

 

Celle-ci prévoit un contrôle direct de l’Etat dans la programmation des dépenses d’action logement. C’est par décret que les emplois et les règles d’utilisation de l’ex 1% seront fixés. Le tout avec programmation, nous dit-on, trisannuelles par les ministres du logement et du budget.

 

En clair, c’est un peu comme si une loi était votée, instituant un contrôle direct de l’Etat sur votre budget logement. Votre foyer se voyant fixé par décret  les règles d’utilisation de son budget avec, cerise sur la part de gâteau que l’on vous confisque, une programmation trisannuelle par deux ministères de vos propres dépenses.

 

Ce qui a fait dire à la CFTC aux ministres du logement qu’il s’agissait d’un véritable hold-up !

 

A mardi prochain !