CFTC Paris | Chronique de J. THOUVENEL du 19.01.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)
521
post-template-default,single,single-post,postid-521,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Chronique de J. THOUVENEL du 19.01.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)

Chronique de J. THOUVENEL du 19.01.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)

3)      84 % des français considèrent comme primordial ou important pour la vie familiale, associative, culturelle ou religieuse, que le dimanche reste le jour de repos commun à la plupart des salariés.

76,9 % de ceux qui travaillent le dimanche considère également comme primordial ou important, que le dimanche reste le jour de repos commun à la plupart des salariés.

 

C’est-à-dire que même ceux qui travaillent dans les services publics, dans les services de santé, ceux qui font fonctionner l’économie le dimanche, nous disent il faut préserver ce temps.

 

4)      63 % des français ne croient pas au volontariat pour travailler le dimanche.

Plus on est proche des postes de décideur dans l’entreprise, moins on y croit. 85,3 % des cadres supérieurs pensent que les salariés n’auront pas la possibilité de refuser de travailler le dimanche si l’employeur leur demande.

 

C’est-à-dire, plus je suis proche de celui qui va prendre la décision de dire à des gens : vous devez venir travailler le dimanche, moins je crois au volontariat.

 

Alors pourquoi cet acharnement, ce torrent de mensonges, cette pression sur les médias ?

 

          Promesse du Président Sarkozy ?

Mais la promesse était que ceux qui travailleraient le dimanche, seraient volontaires et payés doubles. Ce qui n’est pas inscrit dans la loi, à l’exception marginale de 3 zones géographiques.

          Volonté de régulariser des situations de fait, nous a-t-on dit.

Cela pose le problème moral de changer la loi pour régulariser des délinquants économiques qui ont vécus au détriment de leurs concurrents, qui eux ont respectés les textes.

 

Les conséquences sont par exemple sur une commune comme Thiais dans le Val de Marne, de voir la loi Mallié autoriser un centre commercial à ouvrir le dimanche au motif qu’il ouvrait déjà avant la loi, et ce en toute illégalité et malgré les condamnations devant les tribunaux. Un autre situé à quelques centaines de mètres du premier n’a pas ce droit, motif : il respectait la loi précédente.

 

Accorder des avantages aux délinquants, voici une novation de l’année législative 2009. Nous sommes bien loin de la tolérance zéro, prônée par certains.

 

Allez ensuite expliquer aux jeunes de Thiais qu’il faut respecter la loi qui formalise le contrat social permettant à tous de vivre en bonne intelligence. Ils vous répondront « oui, tu as raison mon frère, sauf que quand il y a du business, c’est ça la loi ».

 

RAVAGEUR !

 

Alors, pourquoi un si mauvais texte a-t-il été voté au risque de voir exploser la majorité présidentielle ?

 

La réponse ne serait –elle pas dans l’acharnement d’une petite minorité agissante à voir s’imposer des valeurs uniquement matérielles. L’Homme étant, pour elle, issu d’un accident cosmique dû au hasard. Nous ne sommes qu’un empilement d’atomes en mouvement, la religion n’étant que calembredaine pour bambins ou vieilles femmes.

 

Simple question à ces puissants raisonneurs : Et le cosmos, il sort d’où ?