CFTC Paris | Chronique de J. THOUVENEL du 19.10.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)
716
post-template-default,single,single-post,postid-716,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Chronique de J. THOUVENEL du 19.10.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)

Chronique de J. THOUVENEL du 19.10.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)

Mme THUY y est aimablement hébergée dans une résidence d’Etat du 1er arrondissement. Très exactement au 238 rue Nguyen Van Cu. Ce charmant « logement » porte le beau nom de « Prison du Ministère de la Sécurité Publique ».

 

Toujours ce souci d’assurer la sécurité des citoyens, car Mme THUY, du fait de ses activités de soutien aux paysans dont les terres ont été spoliées par les fonctionnaires du parti et son engagement pour la démocratie, est régulièrement et violemment harcelée ou agressée par des bandes de voyous.

 

En la mettant à l’ombre, les autorités la protègent de ces exactions.

 

Il en est de même pour M. HOANG que l’on retrouve à la même adresse. Ce maître de conférences à l’Institut Polytechnique de SAÏGON, citoyen Franco-Vietnamien, militait pour la démocratie avant d’être mis sous la bienveillante protection des matons du Ministère de la Sécurité Publique.

 

Facétieux, le gouvernement Vietnamien a invité en villégiature M. TAM et le pasteur KHAI, mais aujourd’hui, leur résidence reste inconnue, y compris de leur famille.

 

Bien évidemment, quelques esprits réactionnaires et antirévolutionnaires comme la CFTC et le Comité pour l’Indépendance Syndicale au Vietnam (deux organisations qui voient le mal partout) réclament la libération immédiate de tous les prisonniers politiques et responsables syndicaux emprisonnés au Vietnam.

 

Comme si, sous l’allègre dictature du parti communiste, les défenseurs des salariés et les partisans des droits de l’Homme pouvaient être, un seul instant, mal traités !

 

A mardi prochain !