CFTC Paris | Chronique de J. THOUVENEL du 26.10.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)
719
post-template-default,single,single-post,postid-719,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Chronique de J. THOUVENEL du 26.10.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)

Chronique de J. THOUVENEL du 26.10.2010 sur Radio Notre Dame (100.7)

En même temps doit être étudiées les situations des différentes catégories de salariés, les femmes qui se sont arrêtées pour élever leurs enfants et qui, par là même, nous permettent d’avoir le taux de natalité le plus élevé d’Europe. Les personnes exerçant des métiers particulièrement pénibles et qui, de ce fait, sont usées prématurément et voient leur espérance de vie réduite par rapport au reste de la population, etc., etc.

 

Le travail consiste ensuite, avec pragmatisme et humanité, à prendre les décisions qui permettront la continuité du financement des retraites. Décisions non gravées dans le marbre mais qui doivent pouvoir évoluer en fonction notamment du marché de l’emploi.

 

C’est très exactement ce que les Suédois ont fait pour rebâtir sans drame leur système de retraite.

 

Chez nous, la méthode choisie est inverse. Le gouvernement, dans la précipitation, élabore un texte. Pour la forme, les organisations syndicales sont conviées à donner leur avis, dont on ne tiendra aucun compte. Comme d’habitude, il est impossible d’avoir une discussion de fond sérieuse, nous sommes abreuvés de contrevérités ou d’affirmations péremptoires et inexactes. Arrive à la rescousse, une poignée d’économistes qui nous ont montré tout leur talent en prônant des politiques ultralibérales, sans voir venir la crise provoquée par la mise en œuvre de leur théorie chérie…

Ah l’exemple Irlandais, le dynamisme espagnol, l’efficacité islandaise, trois pays aujourd’hui en faillite…. il y a un côté Madame Irma tout à fait rafraîchissant chez ces hyper diplômés !

 

Vous ajoutez des gouvernants qui se vautrent dans le bling-bling et l’argent facile, perdant toute légitimité morale à exiger des autres la rigueur, et vous avez une France fracturée, amère et angoissée quand ce n’est pas révoltée !

 

A mardi prochain !