CFTC Paris | Chronique de Joseph Thouvenel – Ile de France: on brade
4288
post-template-default,single,single-post,postid-4288,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Chronique de Joseph Thouvenel – Ile de France: on brade

Chronique de Joseph Thouvenel – Ile de France: on brade

Chronique de J. THOUVENEL du 17.01.2017 sur Radio Notre Dame (100.7)
Lire la chronique, c’e
st bien ! L’écouter, c’est encore mieux !

Tromelin

Louis Daufresne : Vous nous emmenez en voyage jusqu’à l’île de Tromelin.

Joseph Thouvenel : Effectivement Louis, fonçons plein sud vers l’Océan Indien pour nous arrêter à quelques 500 km de la Réunion sur un îlot désertique balayé par les alizés du sud-est.

1km² de sable colonisé par des oiseaux de mer et des tortues, quelques rares et maigres arbustes résistent aux cyclones récurrents.

Depuis

1954, une piste d’atterrissage dessert la station météorologique permanente, seule activité sur ce bout de terre émergée.

L’îlot connut une brève notoriété quand, en 1776, le chevalier de Tromelin secourra sept femmes et un enfant de 8 mois, esclaves rescapés du naufrage 15 ans plus tôt d’un navire de la compagnie des Indes Orientales. L’équipage du bateau regagna Madagascar sur une embarcation de fortune laissant 60 malheureux sur l’île en leur promettant de venir les rechercher.

Promesse jamais tenue.

Louis Daufresne : Pourquoi cet intérêt soudain pour ce confetti inhospitalier à l’histoire tragique.

Joseph Thouvenel : Simplement Louis, parce que le parlement doit se prononcer en ce début d’année sur la ratification d’un accord signé il y a 6 ans en catimini, prévoyant la cession à l’Ile Maurice d’une partie de notre souveraineté sur ce petit coin de France du bout du monde.

Ce serait la première fois que la France concèderait à une puissance étrangère la possibilité d’être co-décisionnaire sur une partie du territoire national. Au-delà du précèdent, l’enjeu stratégique est considérable.

1km² de terre au milieu de l’océan, c’est une ZEE, Zone d’Economie Exclusive, de 280 000 km² soit pas loin de l’équivalent de la Zone Economie de la France métropolitaine.

Louis Daufresne : Une ZEE, c’est-à-dire Joseph ?

Joseph Thouvenel : C’est une zone dans laquelle un pays exerce sa pleine souveraineté en matière d’exploration et d’usage des ressources, pêches, pétrole, gaz par exemple.

Concernant Tromelin, les eaux encore françaises qui l’entourent sont particulièrement poissonneuses, il nous appartient de préserver la ressource. On ne peut à la fois s’inquiéter de la raréfaction des thons et abandonner les zones où ils prospèrent par exemple. Pétrole, gaz et modules polymétalliques sont également très vraisemblablement présents au sein de ce territoire marin.

Ce sont ces raisons qui ont poussé Philippe Folliot, député UDI du Tarn, rejoint par le républicain alsacien Laurent Furst et le socialiste breton Gilbert le Bris à batailler pour que l’assemblée rejette la ratification du traité instaurant la co-gestion de Tromelin.

Je l’ai déjà dit sur cette antenne, nous manquons de projet fédérateur. La découverte pacifique et raisonnée des 11 millions de km² de Zone d’Economie Exclusive de la France, voilà une ambition pour le pays, soyons les aventuriers du XXIe siècle, les défricheurs d’océan, les pionniers de la planète bleue.

Nous avons la chance de posséder un territoire immense, pour vous donner une idée, si l’on additionne souveraineté terrestre et maritime, la France est plus étendue que la Chine.

Tirons parti du « vaste océan des espérances » comme disait Balzac. Ne bradons pas, Conquérons !