CFTC Paris | Chronique de Joseph THOUVENEL sur Radio Notre Dame du 10/11/09
490
post-template-default,single,single-post,postid-490,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Chronique de Joseph THOUVENEL sur Radio Notre Dame du 10/11/09

Chronique de Joseph THOUVENEL sur Radio Notre Dame du 10/11/09

Le point commun entre ces 5 personnes, la STASI, la police politique du régime communiste d’Allemagne de l’Est.

Erich avait été arrêté parce que deux de ses professeurs étaient passés à l’Ouest.

Gerulf, membre du plus fameux groupe de rock de RDA, a été soumis à des irradiations au cours de sa détention avant d’être livré aux services de l’Ouest contre rançon. Le chef de la STASI avait décidé l’élimination physique des opposants à la célébrité dite : « hautement toxique ».

Karl-Heinz Kurras était un agent de la STASI, infiltré à l’Ouest. Ce n’est que tout récemment qu’a été découvert sa véritable identité. Classé collaborateur Top Secret par la STASI, il parvient à être recruté en 1965 par la section de police chargée de la protection de l’Etat Ouest Allemand. Selon le nouvel observateur, il deviendra même responsable d’une équipe dont la mission est de démasquer les agents des services de l’Est infiltrés dans leurs rangs.
Il était considéré comme une pièce maîtresse dans l’opération visant à prendre d’assaut Berlin Ouest, opération programmée quelques mois avant la chute du mur et qui n’eut pas lieu en raison de l’opposition de Gorbatchev.

Monica, avait épousé un ingénieur qui participa activement aux révoltes ouvrières de 1963. Considérés comme un couple déviant par le Parti, leur enfant fut enlevé par la STASI pour être remis à un couple de dignitaire du Parti Communiste qui ne pouvait engendrer.

Herbert était un agent de la STASI qui dénonçait fidèlement les citoyens non respectueux ou critiques vis-à-vis des consignes du Parti des Travailleurs.
Aujourd’hui, il est membre d’une association revendiquant une retraite pour les anciens collaborateurs de la STASI.
Dernièrement, il s’est retrouvé dans un hôtel de Berlin qui reproduit les conditions de vie à Berlin Est, avec un couple venu en Jaguar depuis Dresde, et qui trouvait « tellement excitant » de dormir dans une chambre aux murs recouvert de papiers peints maronnasses, sur un mauvais lit, tout en sachant que des micros étaient dissimulés dans les murs.

Je ne sais pas si le Président de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Magdebourg, Conseiller du Ministère Régional de l’Economie, membre du Conseil de Surveillance de la Banque d’Investissement de Saxe et ancien agent exemplaire de la STASI jusqu’à la chute du mur, trouve, lui aussi, « excitants » les souvenirs de l’époque où il pouvait d’un rapport, briser la vie d’une famille.

Mais je m’inquiète pour l’humanisation de l’économie quand des personnes ayant un tel profil, exercent des fonctions importantes dans la finance, sans jamais avoir fait part du moindre regret ou du moindre remord.

A mardi prochain !