CFTC Paris | Chronique de Joseph THOUVENEL sur Radio Notre Dame
426
post-template-default,single,single-post,postid-426,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Chronique de Joseph THOUVENEL sur Radio Notre Dame

Chronique de Joseph THOUVENEL sur Radio Notre Dame

Toujours plus de consommation, plus de biens matériels, plus de production ne conduit-il pas à « l’asservissement de l’homme, réduit à n’être qu’un moyen en vue du développement », selon la formule du Pape ?

Ne doit-on pas profiter de la crise pour se réapproprier nos valeurs, sortir du scientisme économique qui ferme les esprits et vicie la pensée.

 Un seul exemple, on sait mesurer le temps de travail d’un salarié et sa productivité horaire, se sont deux agrégats utiles qui permettent d’alimenter la vision statistique de l’activité économique.

Mais on ne sait pas mesurer les conséquences pour le développement de l’enfant et l’équilibre futur de l’adulte qu’il deviendra, du temps passé avec ses parents en discussion, rires, activités ludiques ou culturelles, sans oublier les nécessaires séquences d’exercice de l’autorité parentale.

Et comme on ne sait pas le faire, on n’en tient pas compte.

Pas d’existence statistique, pas d’existence tout court.

C’est le grand triomphe du matérialisme, cette maladie de l’esprit qui réduit l’homme à un assemblage d’atomes animé de pulsions diverses et variées.

Le débat sur le travail le dimanche est en ce sens exemplaire.

Les partisans de l’ouverture généralisée des commerces le 7 ème jour, basent principalement leur argumentaire sur le développement de la consommation et l’augmentation du chiffre d’affaire revendiqué par ceux qui, au détriment de la concurrence respectueuse de la loi, ouvrent depuis des années en toute illégalité.


Mais, quand on en vient au cœur du sujet, la préservation d’une journée ou la production et la consommation sont entre parenthèses pour permettre l’exercice de la vie familiale, personnelle, associative et spirituelle.
Impossible de débattre sur le fond avec un partisan de l’ouverture des commerces le dimanche.

La France des bénévoles, des balades en forêt, des rires en famille, des partis de rugby entre copains, du verre de blanc sur le comptoir, des chorales lyriques ou jazzy, et de la messe du dimanche, n’entre pas  dans les sacro-saintes statistiques économiques.

Elle peut donc mourir.

 

Mardi, 1er septembre 2009.