CFTC Paris | Comment tuer le droit de grève ?
1863
post-template-default,single,single-post,postid-1863,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Comment tuer le droit de grève ?

Comment tuer le droit de grève ?


Chronique de J. THOUVENEL du 24.06.2014 sur Radio Notre Dame (100.7)
Lire la chronique, c’est bien ! L’écouter, c’est encore mieux !

Les ennemis de l’intérieur vous connaissez ?

Ce sont ses personnes qui, au sein de votre propre communauté, ont de tels agissements que, consciemment ou non, ils mettent celle-ci en danger.
N’est ce pas le cas de ces organisations syndicales qui usent et abusent du droit de grève ?

Si le camarade Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine pouvait dire « les capitalistes nous vendrons la corde avec laquelle nous les pendrons »

Les STAKHANOVISTES du blocage ferroviaire sont en train (c’est le cas de le dire !), ils sont donc en train de dresser le billot sur lequel les droits syndicaux vont être hachés menus

Déjà quotidiennement pénalisés par les pannes récurrentes dues au sous investissement chronique dont est victime notre réseau ferré, les usagers doivent, en plus, supporter  les poussées égoïstes, corporatistes, de quelques uns.
Nos amis cheminots devraient prendre garde à force de crier au loup, le jour ou il sera là, plus personne n’y prêtera attention.

Des centaines de milliers de personnes quotidiennement en souffrance, les plus fragiles particulièrement atteint.

Comme ce garçon descendu du TGV à 400 km de chez lui pour prendre un TER qui devait l’amener chez ses grands parents et qui apprend que toutes les correspondances sont annulés.
Ou cette mère de famille équipée d’une poussette et de deux bambins et qui après 45 mn d’attente ne peut prendre place dans le RER qui vient d’arriver en gare en raison de l’entassement cataclysmique et débordant de voyageurs.

Deux exemples parmi tant d’autres sans compter les désorganisations de nos entreprises, l’image négative de notre pays et le coût des facéties de cette « certaine catégorie du personnel » et tout ça pourquoi ?
Le statut des cheminots est-il remis en cause ? Que nenni, nul n’a prévu d’y toucher.
Statut tu as, statut tu conserveras.
Le service public est-il livré en pâture aux intérêts maléfiques du privé ? Pas du tout la nouvelle organisation de la SNCF et le Réseau Ferré de France, prévoient que l’Etat garde le contrôle majoritaire du nouvel ensemble.
Une grève de solidarité, peut-être ?
Certainement pas ! Le projet de loi prévoit la négociation d’une convention collective couvrant tous les salariés du rail travaillant en France, afin de permettre à ceux qui n’ont pas grand-chose d’avoir un petit plus sans rien enlever aux seigneurs de la SNCF ;

Eh oui, camarades, à force de geindre et de pratiquer l’égoïsme corporatiste comme un absolu, c’est votre profession entière que vous déconsidérez et c’est l’ensemble du mouvement syndical qui est déconsidéré.


A la semaine prochaine !