CFTC Paris | Conférence sociale: le groupe d’experts sur le Smic est « mort tel qu’il est » (syndicat)
1199
post-template-default,single,single-post,postid-1199,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Conférence sociale: le groupe d’experts sur le Smic est « mort tel qu’il est » (syndicat)

Conférence sociale: le groupe d’experts sur le Smic est « mort tel qu’il est » (syndicat)


Le groupe d’experts sur le Smic, chargé de se prononcer sur l’évolution du salaire minimum, « est mort tel qu’il est » actuellement, a affirmé à l’AFP un représentant de la CFTC au terme de la première journée de la grande conférence sociale.

« Le comité dit d’experts est mort tel qu’il est, ce qui n’est pas une mauvaise nouvelle. En tous cas, il ne travaillera plus tout seul », a déclaré Joseph Thouvenel.

Le groupe d’experts sur le Smic a été nommé en 2009 par le gouvernement Fillon pour quatre ans.
Ce groupe de cinq économistes, présidé par un ex-directeur général de l’Insee, Paul Champsaur, comprend notamment Gilbert Cette, coauteur en  2008 d’un rapport critiquant le niveau « élevé » du Smic et son application « uniforme » quelle que soit la branche d’activité, l’âge ou la région. « D’après ce qu’a dit Benoît Hamon (ministre délégué à l’Economie  sociale et solidaire, qui a présidé la table ronde consacrée à la question des  salaires), il nous associerait aux réflexions sur le Smic. Les économistes  travailleront avec les organisation syndicales », a poursuivi le représentant du syndicat chrétien. « Il semble que M. Hamon ait compris qu’il y a un problème sur le diagnostic, qui reviendra à la commission salaires de la +Commission  nationale de la négociation collective+ (CNNC) ».

Elle aurait désormais légitimité en matière de conseil sur le Smic, a  pour sa part précisé Pascal Debay, de la CGT. « Est-ce que le groupe d’experts sur le Smic continuera à travailler? Je  ne sais pas », a conclu M. Debay. « La fameuse question du groupe d’experts est revenue souvent sur la  table, la majorité des organisation syndicales ont été d’accord pour dire qu’il fallait absolument que le groupe d’experts (…) reflète mieux la  réalité », a confirmé Marie Alice Medeuf-Andrieu, de Force ouvrière, favorable  notamment à la présence de représentants syndicaux aux côtés des experts.

dépêche AFP 9 juillet 2012