CFTC Paris | Dimanche c’est crédit !
163
post-template-default,single,single-post,postid-163,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Dimanche c’est crédit !

Dimanche c’est crédit !

 


 

Dans la hotte du Gouvernement pour la relance du pouvoir d’achat et de la consommation, la piste de la suppression du repos dominical paraît être une piste prioritaire.

L’inanité de cette « réflexion » est évidente et ce, à plusieurs titres. Un petit exemple, quelque fois, vaut mieux qu’une grande démonstration (fusse-t-elle de l’éminent stratège Jacques ATTALI ) :

Nous avions évoqué dans un communiqué de presse, de la campagne de l’enseigne du patron « citoyen » LECLERC « acheter un dimanche égal moins 50%* (offre sous condition) ».

Cette attitude militante (puisque LECLERC s’est prononcé contre le repos dominical) est sans doute censée redonner du pouvoir d’achat à Michel Edouard LECLERC ! (Moins 50 % reversés sous forme de tickets LECLERC à consommer avant le 31 décembre).

Le pouvoir d’achat des salariés de chez LECLERC qui travaillent en temps partiel imposé et à des salaires flirtant avec le SMIG, va sans doute être bouleversé par la lame de fond que va représenter ce coup de pouce « durable » donné à leurs salaires. D’autant plus que la part des foyers monoparentaux présents dans la grande distribution est loin d’être négligeable. Force est de constater que le dimanche, il n’existe pas de mode de garde collectif. Ainsi, le personnel de l’épicier breton n’a-t-il de choix que de recourir à des moyens de garde individualisé. Ces quelques pour cents du SMIG supplémentaires seront vite engloutis. Nous n’avons pas connaissance de la création de crèche d’entreprise dans le Landerneau des têtes de gondole.

Alors, et le client ? Lui ? Il s’y retrouve ! Libre de garer sa voiture à trois kilomètres d’un parking que moult de ses amis acheteurs dominicaux ont déjà pris d’assaut (par l’offre Leclerienne alléchés). Simple remarque de bon sens ou d’économie et de budget familial, quand ces mots avaient encore un sens : « 10 euros à dépenser restent 10 euros » que l’on ouvre 5, 6, 7, 13 heures ou 24 heures par jour.

Heureusement, dans ce système bien huilé, tout est millimétré, pensé (et dépensé). Reste la carte Hélium où 1 euro peut en faire 2 (belle magie de la carte de crédit). Ce service est assuré par FRANFINANCE, organisme de crédit qui ouvrira, aussi, le dimanche pour accompagner LECLERC. Relancer la consommation par le crédit, diantre, voilà une belle idée pour relancer le pouvoir d’achat !

On constate aux Etats Unis la réussite évidente de ce système…