CFTC Paris | Economie Mondiale
721
post-template-default,single,single-post,postid-721,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Economie Mondiale

Economie Mondiale

Le Pape pour des changements essentiels

 CITE DU VATICAN, 14 nov 2010 (AFP) – Le pape Benoît XVI a appelé dimanche à une « profonde réforme » de l’économie mondiale après le dernier sommet du G-20 à Séoul, appelant les pays riches à ne pas s’unir contre les pays les plus pauvres et à un renouveau de l’agriculture pour un développement durable.
    « Il faut considérer avec le plus grand sérieux la crise économique actuelle, à laquelle s’est attelée la réunion des pays du G-20 ces derniers jours », a déclaré le pape devant des milliers de pèlerins rassemblés dimanche sur la place Saint-Pierre.
    Cette crise « réclame un message de fermeté appelant à une profonde réforme du modèle de développement économique mondial », a dit le pape.
    « Les économies des pays riches ne doivent pas être à la recherche d’alliances avantageuses… pouvant avoir de graves conséquences sur les pays les plus pauvres ».
    Benoit XVI a également estimé « le moment venu d’une réévaluation de l’agriculture en tant que ressource indispensable pour l’avenir et non pas comme ressource du passé ».
    Le pape a également dénoncé « le consumérisme non durable » des modes de vie des pays qui sont industrialisés depuis longtemps.
    Benoît XVI a appelé à un « nouvel équilibre entre l’agriculture, l’industrie et les services qui puisse permettre un développement durable ».
    Le pape voit dans la crise économique « un symptôme aigu » d’un malaise plus grand provenant « de la poursuite d’un déséquilibre entre la richesse et la
 pauvreté, le scandale de la faim, l’urgence environnementale… et le problème du chômage« .
    Avant le sommet du G-20 de Séoul, le pape avait déjà demandé aux dirigeants de ces pays de travailler à des solutions « durables, renouvelables et justes » respectueuses de la « dignité humaine ».