CFTC Paris | Elections dans les TPE
1287
post-template-default,single,single-post,postid-1287,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Elections dans les TPE

Elections dans les TPE

Chronique de J. THOUVENEL du 18.09.2012 sur Radio Notre Dame (100.7)
Lire la chronique, c’est bien ! L’écouter, c’est encore mieux !

Très Petites Entreprises

Certains d’entre vous ont récemment reçu un courrier en vue des élections dites « TPE » Très Petites Entreprises.

Si c’est le cas, c’est que travaillant dans une entreprise de moins de 11 salariés, vous êtes électeurs pour ce scrutin qui aura lieu du 28 novembre au 12 décembre, par Internet ou par correspondance.

Cette élection fait partie du processus engagé depuis 2010, visant à établir la représentativité des différents syndicats.

Sur le papier, l’idée paraît bonne.

Malheureusement, le législateur, sous l’emprise d’on ne sait quelle influence, a mis en place une machinerie, dont certains se demandent si la seule raison d’être n’est pas de tenter d’éliminer la CFTC, la Confédération qui revendique ses racines chrétiennes.

Jugez-en :

Au lieu de simplement organiser comme dans d’autres pays une grande élection sociale tous les 4 ou 5 ans – élection où tous les salariés, le même jour, pourraient se prononcer pour l’organisation syndicale de leur choix, en France, le principe, à l’exception des TPE, est de collecter les résultats des élections en entreprise pendant 2 ans, puis d’additionner ces résultats, avant que le Ministre décide de qui est représentatif et qui ne l’est pas.

Parfait ! Sauf que ce système reviendrait pour établir une majorité parlementaire à compiler les résultats des élections municipales des 36.000 communes de France.

Cela n’a pas de sens.

D’abord parce que dans mon entreprise, il n’y a peut-être pas de candidat représentant l’organisation qui a ma préférence.

Ensuite, parce que je peux apporter mon suffrage dans l’entreprise à un délégué parce qu’humainement je lui trouve des qualités, mais préférer une autre organisation que la sienne pour me représenter au niveau national.

De la même façon, que je puis donner ma voix à une équipe municipale par satisfaction pour la tenue des trottoirs et voter aux législatives pour une autre couleur que celle du premier magistrat de ma ville.

Passons sur toutes les entreprises où il n’y a jamais d’élections… Dans ce cas, citoyen salarié, ta voix compte pour zéro !

N’oublions pas l’accès aux grands médias, qui semble réservé à quelques privilégiés.

Et nous avons la loi inique sur la représentativité syndicale, que certains osent présenter comme un modèle de démocratie.

Electeurs des très petites entreprises, le 28 novembre, votez pour le syndicat de votre choix.

 

Mais si vous pensez important de soutenir une organisation dont les statuts commencent par « La confédération se réclame et s’inspire dans son action de la morale sociale chrétienne », votez CFTC !

 

A la semaine prochaine.