CFTC Paris | En finir avec les fausses idées sur les syndicats et le dialogue social
2684
post-template-default,single,single-post,postid-2684,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

En finir avec les fausses idées sur les syndicats et le dialogue social

En finir avec les fausses idées sur les syndicats et le dialogue social

en_finir_avec_le_55f15beb666d7.jpgÀ l’heure des réseaux sociaux, du travail à distance, des horaires flexibles et de la numérisation de l'économie, a-t-on encore vraiment besoin de syndicats de salariés et d’organisations patronales ? Ils seraient dépassés, peu représentatifs et sourds aux besoins des personnes qu'ils sont censés représenter. Pourquoi, dans ce cas, salariés et chefs d'entreprise leur feraient-ils confiance ?

Ce livre répond avec précision à plus de soixante idées fausses sur le dialogue social et les syndicats. En contrecarrant point par point ces préjugés, il montre au contraire que parmi le bon million de salariés et de chefs d'entreprise qui détiennent aujourd’hui un mandat, la très grande majorité d'entre eux sont proches de leurs collègues, assument leurs responsabilités, concluent des accords collectifs et prennent en compte les réalités économiques et sociales. Il montre également combien, loin d’être une perte de temps, le dialogue social dans les entreprises et administrations est utile aux salariés et aux dirigeants. Il explique que les divergences et les conflits d'intérêts n'empêchent pas de discuter de stratégie économique ou des nécessaires évolutions de l'action publique. Il montre aussi comment les représentants des organisations nationales s’engagent dans les branches, au plan territorial et national, pour améliorer la formation professionnelle, la protection sociale, l'assurance chômage, lutter contre la précarité.

Cet ouvrage ne nie pas les difficultés voire certaines dérives, mais présente des éléments factuels pour mieux faire connaître la réalité et l'utilité de l'engagement d'un grand nombre de nos concitoyens dans le dialogue social au niveau de l'entreprise, de la branche, du territoire comme au plan national.

Extraits, quelques idées fausses tirées du livre :

« Les syndicats ne sont pas représentatifs »

« Les salariés se font élire pour être protégés et progresser plus vite dans leur carrière »

« Les salariés français font beaucoup trop souvent grève »

« Les syndicats de salariés ne font jamais de propositions constructives »

« Les syndicats devraient accepter une baisse des salaires pour sauver des emplois et favoriser des embauches »

« Les organisations syndicales et patronales sont trop nombreuses et dispersées »

« Les organisations syndicales d’employeurs et de salariés ne se préoccupent pas des salariés précaires »

« Les organisations syndicales et patronales ne se préparent pas à la révolution numérique »

« Les organisations syndicales et patronales sont incapables de trouver des compromis »

« Les syndicats profitent des fonds de la formation qui devraient être destinés aux salariés »