CFTC Paris | F. BAROIN sait-il où il crèche ?
2786
post-template-default,single,single-post,postid-2786,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

F. BAROIN sait-il où il crèche ?

F. BAROIN sait-il où il crèche ?

Chronique de J. THOUVENEL du 05.01.2016 sur Radio Notre Dame (100.7)
Lire la chronique, c'est bien ! L'écouter, c'est encore mieux !

menus_ville_de_troyes_avec_source.png

Bonjour à toutes et à tous,

Mes chers amis, en ce début d’année j’ai besoin de vous, ou du moins de votre soutien et de votre réconfort.

Vous, comme moi, avez apprécié à sa juste valeur les courageuses directives de l’AMF (l'Association des Maires de France), concernant l’effroyable représentation obscurantiste nommée crèche.

Emmenée par son énergique président, Monsieur F. BAROIN, l’AMF a publié un vade-mecum dans lequel elle considère que la présence des crèches en mairies n’est pas « compatible avec la laïcité ».

L’association faisant valoir que « la laïcité a subi un certain nombre de reculs ces dernières années », les maires étant les premiers confrontés au problème.

Ces mâles écrits me firent passer de l’ombre à la lumière, je compris enfin la cause des violences récurrentes entourant les matchs de l’Olympique de Marseille. Les santons de la Canebière, pardi !

L’augmentation des sans-abris ? encouragée par la publicité faite à cette famille de va-nu-pieds errant du côté de Bethléem il y a 2000 ans.

Les problèmes du monde paysan ? en lien avec la fainéantise de ce bœuf et de cet âne avachis dans la paille.

Mais oui c’était évident, tout venait de là et c’est avec admiration que je buvais les paroles de Monsieur BAROIN.

Ah, il avait fière allure l’ex-jeune premier de la politique, drapé dans les plis de la laïcité intégrale, appelant aux valeurs éternelles de la République pour chasser le calotin et le petit Jésus de la crèche.

C’est donc confiant dans ce roc éclairant le monde que j’entrepris un pèlerinage jusqu’à Troyes, ville dont Monsieur BAROIN est le maire.

Et là mes amis, passant devant l’école de la République, je vis affichée une horreur sans nom.

Exposée à la vue de tous, y compris de nos chères et fragiles têtes blondes, une feuille datée de janvier 2016, intitulée : « Grille mensuelle des menus scolaires – ville de Troyes » présente le menu de l’épiphanie.

Si celui-ci commence de façon digne et républicaine par des carottes râpées suivies par un parmentier de brocolis aux deux poissons, il se termine par cette épouvantable abjection : la Galette des Rois !

Me revinrent en mémoire ces vers du vieil HUGO dans les Châtiments :

« L’ombre à l’horreur s’accouple »

À Troyes, on impose au sein des écoles laïques la célébration de cette tradition qui rappelle l’arrivée des Rois Mages venus adorer l’enfant Dieu né dans une étable.

Comme si la France avait des racines chrétiennes partagées par tous depuis des générations et des générations.

Pire, si cela est possible, au sein de l’école de la République, on célèbre officiellement les tyrans, comme aimait le faire Louis XIV, ce grand adepte de la galette des Rois.

FOUQUIER-TINVILLE, REVIENS ! Ils sont devenus fous.

À la semaine prochaine !