CFTC Paris | Fnac : date butoir ce mercredi pour le projet d’accord sur le travail dominical
4308
post-template-default,single,single-post,postid-4308,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Fnac : date butoir ce mercredi pour le projet d’accord sur le travail dominical

Fnac : date butoir ce mercredi pour le projet d’accord sur le travail dominical

Figaro du 19 janvier 2016

le figaro

Les syndicats ont jusqu’à ce mercredi soir pour rendre leur avis sur le projet d’accord porté par la direction de l’enseigne. Certains syndicats y restent toujours opposés.

Après le Printemps Haussmann et les Galeries Lafayette, les magasins Fnac vont-ils, à leur tour, ouvrir leurs portes le dimanche? La direction de l’enseigne et les syndicats poursuivent les négociations. «Il n’y aura pas de réunion entre les partenaires sociaux et la direction ce mercredi», précise Bruno Marc, coordinateur CFTC Fnac, au Figaro. «Dans les faits, les syndicats ont jusqu’à ce soir pour rendre leur avis sur le nouveau projet d’accord». Aucune signature n’est donc, pour l’instant, à l’ordre du jour, confirme la Fnac.

Pour rappel, un premier accord signé par trois syndicats (CFTC, CFDT et CFE-CGC) a été bloqué par une majorité représentée par la CGT, SUD et FO, en juillet dernier. Mais en novembre, le rapport de force s’est inversé. Depuis cette date, Force ouvrière n’est en effet plus représentatif sur la Fnac, en raison du recalcul des résultats des élections professionnelles.

La CFTC favorable à l’accord

Les négociations ont donc repris le 5 janvier dernier. Le nouveau projet d’accord, que Le Figaro a pu consulter, prévoit que les salariés travaillant dans les magasins régulièrement ouverts le dimanche -c’est-à-dire les 12 jours «les plus chargés de l’année» – seront payés trois fois plus tandis que ceux travaillant dans les magasins ouverts quarante dimanches seront payés le double, sans repos compensateur. Autre volet majeur du texte: le pourcentage d’embauches compensatrices s’établira à 3,1% au lieu des 2,6% prévus initialement.

Pour l’heure, CFE-CGC et la CFTC sont favorables à ce projet. « La CFTC reste opposée au travail dominical, car nous maintenons qu’il n’est pas rentable économiquement», nuance Bruno Marc. «Néanmoins, nous sommes pragmatiques, et avons conscience que cela permet à certains employés de gagner parfois 200 à 300 euros de plus».

Une signature d’accord la semaine prochaine?

Un argument qui est encore loin de faire l’unanimité, puisque la CGT et SUD restent opposés au travail dominical. «Cet accord reste le même que le premier proposé: le travail le dimanche est néfaste pour la santé, dégrade les conditions de travail, accroît les inégalités entre les salariés, et n’est pas rentable», martèle Boris Lacharme de la CGT Fnac, au Figaro. «La CGT a donc signifié à la direction de la Fnac qu’elle refusait l’accord». Selon ce syndicaliste, le travail dominical, mis en place à Bordeaux, «a même entraîné la multiplication de petits contrats de 9 heures.

Seule la CFDT n’a pas encore rendu son avis. Contactée par Le Figaro, l’organisation syndicale indique recueillir, pour l’heure, les avis des sections. La CFDT confirme qu’elle pourrait demander un délai supplémentaire pour se prononcer, et ainsi rendre son avis la semaine prochaine.

Quid d’une éventuelle signature? «Nous verrons une fois que la CFDT aura rendu son avis», indique un porte-parole, avec prudence, au Figaro. «Nous n’avons aucune idée de la prochaine échéance», confirme Bruno Marc. «Mais si l’avis rendu de la CFDT est positif, on peut imaginer qu’il y ait une signature d’accord la semaine prochaine».