CFTC Paris | FRANCE LE RÉVEIL ?
2034
post-template-default,single,single-post,postid-2034,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

FRANCE LE RÉVEIL ?

FRANCE LE RÉVEIL ?


Chronique de J. THOUVENEL du 11.11.2014 sur Radio Notre Dame (100.7)
Lire la chronique, c’est bien ! L’écouter, c’est encore mieux !

C’est une superbe affiche, représentant un poilu, affirmant
«  La mémoire ne s’achète pas, elle se transmet ! »

Non au travail le 11 novembre !

Déclinée sous forme de tracts accompagnés du texte suivant :
« Le tout-consommation : une nouvelle guerre. Le commerce, l’augmentation du PIB, la création de richesses ne sont pas l’Alpha et l’Oméga de la vie humaine, la gratuité des moments de repos, l’activité culturelle, sportive cultuelle, la vie de famille, les moments entre amis doivent-être préservés ».

– L’initiative de quelques syndicalistes ?
– Une campagne altermondialiste prônant une croissance zéro ?
– Un libelle diffusé par d’anciens Maoïstes, donnant dans l’anticapitalisme primaire ?

Pas du tout, il s’agit d’une campagne lancée par une des composantes de l’UMP, le PCD (Parti Chrétien Démocrate).

Enfin ! Oserais-je dire.

La critique du consumérisme tout puissant, l’affirmation de la nécessité de conserver des temps collectifs pour autre chose que produire et consommer, irrigue l’ensemble de la société.

Même dans les partis traditionnels, une génération décomplexée vient secouer les dinosaures qui expliquent depuis des décennies, que le bonheur est au fond du tiroir caisse et l’avenir de la France dans les rayons des supermarchés.

Il était temps !

25 ans après, la juste chute du mur de la honte, marqué du sang de 136 victimes du système concentrationnaire communiste. Il devient de plus en plus évident que le bonheur n’est pas dans l’adoration du Veau- d’Or.

La structuration du monde à travers la grille de lecture matérialiste, montre son inanité. Elle n’apporte que mal être, désespoir et course vers le néant.
Connaître le passé de notre pays, honorer nos anciens, est indispensable pour savoir ce que l’on est.

Comme sont indispensables ces temps fériés, de mémoire, de retrouvailles, de découvertes, d’amour partagé, de spiritualité revigorée, de passions assumées, d’aventures vécues.

 Autant d’éléments appelant à la transcendance, bien loin  de l’univers factice, fabriqué par les agences de marketing au service du Dieu profit.
Rien n’est écrit, rien n’est inexorable, il n’y a de fatalité que dans le renoncement.

La marchandisation de l’humain progresse à grand pas, le décervelage cathodique prédomine, les égoïsmes s’exacerbes, la classe dirigeante se discrédite avec entrain.

Mais comme l’aube qui pointe, les veilleurs sont présents sur les places de nos cités. Chez les Verts, un José BOVÉ condamne la gestation pour autrui.

Sondés, les jeunes répondent massivement que la première valeur c’est la famille.

La vie, toujours, reprend ses droits face aux forces de mort. 

 

À la semaine prochaine !