CFTC Paris | Grands Magasins : Les salariés sont-ils des objets ?
175
post-template-default,single,single-post,postid-175,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Grands Magasins : Les salariés sont-ils des objets ?

Grands Magasins : Les salariés sont-ils des objets ?

24 HEURES A PARIS, samedi 12 janvier 2008

Commerce

Les grands magasins ouvrent demain dans la précipitation

 

JUSQU’AU BOUT, ils auront  tenté d’obtenir du ministère de l’Economie et de la préfecture de Paris l’autorisation d’ouvrir « exceptionnellement » demain, pour le premier dimanche des soldes. Une journée commerciale importante dans le cadre de l’opération Soldes by Paris, organisée à destination des touristes étrangers jusqu’au 20 janvier.

Décidée à appliquer la loi à la lettre — qui autorise aux commerces d’ouvrir cinq dimanches par an, pas un de plus — la préfecture a refusé de délivrer l’arrêté permettant aux Galeries Lafayette,  au  Printemps Haussmann et au BHV Rivoli d’ouvrir un sixième dimanche. Une exception demandée par les trois magasins pour préserver leur quota, traditionnellement réservé aux périodes de Noël et aux promotions maison…  plus fructueuses en termes de chiffre d’affaires que celle des soldes.

Des équipes constituées in extremis
Faute d’avoir « obtenu gain de cause», le Printemps et les Galeries Lafayette  ont finalement décidé, jeudi soir en urgence, d’ouvrir leurs portes demain en incluant cette date dans leur liste annuelle des dimanches ouverts. « II est important que la clientèle étrangère en vacances à Paris puisse profiter de nos ristournes », précise-t-on à la direction du Printemps.


SMS et courriels envoyés aux clients pour les prévenir, équipes constituées in extremis parmi leurs 2 500 salariés, stands remis en ordre… Décidée « à la dernière minute », cette ouverture n’est pas vue d’un très bon œil par le syndicat CFTC Paris, irrité du « manque de respect de la vie personnelle et familiale de leurs salariés ». « Les grands magasins auraient très bien pu prévoir cette ouverture plus tôt Mais ils ont attendu le plus longtemps possible afin d’obtenir un dimanche ouvert de plus », s’irrite Joseph Thouvenel, secrétaire général adjoint de la CFTC, qui « bataille ferme » contre le travail dominical. Et de murmurer, en aparté, que les directions « obtiendront de toute façon » de la ministre de l’Economie des facilités pour ouvrir bien d’autres dimanches dans l’année…

 Ne souhaitant pas « gaspiller » une date, le BHV Rivoli s’est lui, décidé à garder portes closes. « Notre enseigne se situe dans une zone de shopping plus excentrée, où les clients ne sont pas aussi nombreux que sur le boulevard Haussmann », précise le magasin, qui n’a pas jugé utile de « mobiliser ses équipes » en catastrophe.

CAMILLE NEVEUX


Galeries Lafayette et Printemps,
boulevard Haussmann, ouverts de
10 h 30 à 19 h 30 pour le premier et
de 10 heures à 19 heures pour le
deuxième. Le Printemps Italie et les
Galeries Lafayette Montparnasse
sont également ouverts.

Cinq dimanches
autorisés

  CHAQUE ANNEE, les grands magasins déposent collectivement le calendrier de leurs cinq ouvertures domini cales à la préfecture de Paris, qui  les prend en compte au 1er janvier. Pour l’année 2008, sont re tenus les dimanches 13 janvier, 11 octobre, 30 mars, et 14 et 21 décembre. « La date du 7 décembre 2008 avait également été annoncée, les commerces ouvrant traditionnellement trois dimanches avant Noël », précise le syndicat CFTC Paris. Mais c’est finale ment ce jour-là que le Prin temps et les Galeries Lafayette ont choisi d’annuler pour pou voir ouvrir demain, premier dimanche des soldes.  


  C.N.