CFTC Paris | Grippe A (H1 N1) – La pandémie est priée de respecter la trêve des confiseurs
503
post-template-default,single,single-post,postid-503,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Grippe A (H1 N1) – La pandémie est priée de respecter la trêve des confiseurs

Grippe A (H1 N1) – La pandémie est priée de respecter la trêve des confiseurs

Soit il y a urgence sanitaire et il faut vacciner un maximum de personnes en un minimum de temps, soit il y a vaste opération de communication sans véritable danger pour la population.

 

La CFTC Paris est consternée de voir l’acharnement avec lequel les services de l’Etat favorisent les ouvertures des grandes enseignes le dimanche et en période de fêtes, par rapport à la légèreté avec laquelle ils traitent les problèmes de santé publique.

 

Inutile, par exemple et malgré les promesses, de rechercher sur le site de la Préfecture la liste des cabinets de médecins libéraux ouverts pendant les fêtes. Elle n’y figure pas !

 

Devra-t-on installer les centres de vaccination et des permanences médicales dans les grands magasins pour avoir des horaires d’ouvertures correspondant aux besoins vitaux de la population ?

Ou alors les autorités publiques considèrent-elles qu’une crise d’asthme, un saignement anormal, une rage de dents ou de sévères contractions chez la femme enceinte, sont moins importants que la vente de colifichets divers et variés ?

 

 

Paris, le 23 décembre 2009.

 

Contact :        Joseph THOUVENEL

 

Site de la préfecture : www.prefecturedepolice.fr