CFTC Paris | Il faut enchanter la jeunesse !
1857
post-template-default,single,single-post,postid-1857,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Il faut enchanter la jeunesse !

Il faut enchanter la jeunesse !


Chronique de J. THOUVENEL du 17.06.2014 sur Radio Notre Dame (100.7)
Lire la chronique, c’est bien ! L’écouter, c’est encore mieux !

Je lisais récemment un article sur ces jeunes Français qui rejoignent le Djihad. Un certain nombre de constats factuels me semble exact : Le rôle d’Internet, l’influence de quelques habiles prêcheurs, le mal-être en banlieue, l’échec scolaire qui marginalise.
Tout cela est sans doute vrai.
Mais qu’offre notre société à ces jeunes en perte de repères ?
A quel souffle transcendant peuvent-ils se raccrocher ?
Quand on a 20 ans et que l’on est sincère, que l’on rêve d’aventure, d’engagement, d’idéal, l’appel mortifère des islamistes ne manque malheureusement pas d’attrait.
En face, s’il existe d’utiles antidotes comme le scoutisme, c’est calme plat. Ou plus exactement,  un délitement massif, largement porté par les adorateurs du Veau d’Or.
Si vous ne l’avez jamais fait, allumez votre poste et plongez vous dans les délices de ces émissions de téléréalité, formatées pour accrocher les jeunes générations.
Vous découvrirez une poignée d’écervelé aux redoutables préoccupations :
« N’ais je pas raté mon épilation ? »
« Le tatouage de Jennifer, il est aussi CHELOU que le body de Steeve, j’en perfuse de rage, c’est mortel ! »
Vous ferez également connaissance avec ces shows dégoulinants de fausse provocation pour booster le lancement   de la dernière production du copain du moment de l’animateur vedette.
Si pour Céline « l’amour c’est l’infini mis à la portée des caniches », sur nos plateaux télé quand les caniches s’agitent on cherche désespérément l’infini.

Quel effet ces pathétiques gesticulations peuvent-elles avoir sur un jeune qui se cherche et est en quête d’absolu ?
Et ce n’est guère du côté des gens dit « sérieux » qu’il trouvera une réponse crédible à ses aspirations !
Entre ceux, pour qui le bonheur consisterait à promener le dimanche un caddy dans les allées du rayon surgelé d’un supermarché et ceux pour qui la principale préoccupation philosophique est de briller en société, de préférence après avoir marché sur la tête des autres. Il n’y a pas de quoi s’enthousiasmer quand on a 20 ans.
A quel moment donne-t-on à cette jeunesse la fierté de notre pays, de leur pays ?
Je recevais, récemment, à l’issue de son stage en entreprise, un jeune en forte délicatesse avec le système scolaire. 
Celui-ci était visiblement ravi d’entendre combien nous avions été satisfaits de son travail, de son exactitude, de sa politesse et de sa capacité à s’intégrer au sein d’une équipe.
Mais là où son visage a montré le plus grand contentement, c’est quand je lui ai indiqué qu’à mes yeux, avec ses qualités, il avait tout pour être un bon citoyen Français.

Je crains que cela soit la première fois qu’un adulte ait dit à ce garçon de façon positive, qu’il était Français. Mon seul étonnement dans ce contexte, c’est que cette  jeunesse qui se perd dans la violence, ne soit pas plus nombreuse.

A la semaine prochaine !