CFTC Paris | Interview de Joseph Thouvenel, Vice-président de la CFTC
1374
post-template-default,single,single-post,postid-1374,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Interview de Joseph Thouvenel, Vice-président de la CFTC

Interview de Joseph Thouvenel, Vice-président de la CFTC

Interview parue dans l’hebdomadaire Famille Chrétienne du 8 décembre 2012

 

 

Quelle est la particularité de ces élections ?

 

Les élections TPE – très petites entreprises – s’adressent à tous ceux qui travaillent dans une entreprise de moins de 11 salariés ; commerçants, artisans, cabinet juridique, cabinet médical, employés à domicile, assistante maternelles, apprentis…

En tout, 6 400 000 personnes sont appelées à indiquer leur préférence syndicale du 28 novembre au 12 décembre, par Internet ou par correspondance.

 

Quel est le rôle des TPE dans le tissu économique ?

 

La place des entreprises de proximité est essentielle dans le tissu socio-économique de notre pays. C’est l’assurance d’avoir près de chez soi des services à visage humain, d’où notamment le combat de la CFTC contre l’ouverture des grandes surfaces le dimanche qui, petit à petit, tue le commerce de proximité, provoquant la désertification de nos centres villes, nos bourgs, nos villages.

C’est aussi, souvent, la fierté d’un métier, la transmission de savoir-faire, la qualité humaine dans les relations de travail.

La dimension réduite de ces entreprises, le contact direct avec le dirigeant permet des rapports humains plus vrais, plus forts que dans les vastes ensembles où des milliers de travailleurs oeuvrent loin des centres de décisions.

Regardez les relations qui se nouent bien souvent entre l’employé à domicile et les personnes qui l’emploient.

La disparition des petites structures, pharmacie, profession libérale, commerçant, artisan, … est une perte de substance pour la collectivité nationale et renforce la domination sur la société de quelques grands monopôles zélateurs d’une culture fadasse et déshumanisante.

 

En quoi la CFTC a-t-elle un message syndical particulier ?

 

La Confédération Française des Travailleurs Chrétiens tire sa particularité de l’article premier des ses statuts : « la Confédération se réclame et s’inspire, dans son action, des principes de la morale sociale chrétienne ». De là, son positionnement : affirmation de la double dimension humaine – matérielle et spirituelle – ne jamais dénoncer sans proposer, rejet de la lutte des classes, choix du bien commun plutôt que de l’affrontement systématique avec l’employeur, équilibre entre les droits et les devoirs, indépendance vis-à-vis des partis politiques…

Bien sûr, la CFTC est une institution humaine avec ses forces et ses faiblesses, nous n’avons pas la prétention d’être les meilleurs partout et toujours, d’autres organisations syndicales ont aussi des femmes et des hommes de grandes qualités en leur sein. Mais à l’heure des choix difficiles, c’est la magnifique boussole de la doctrine sociale qui nous guide.

Un seul exemple : Quand le conseil d’administration de la Caisse Nationale des Allocations Familiales (CNAF) émet un avis défavorable sur le projet de loi visant à ouvrir le mariage et l’adoption aux couples homosexuels.  C’est grâce aux votes des administrateurs de l’Union Nationale des associations familiales et de la CFTC, pour qui ce texte est « une remise en cause de la famille et de la société française ». Les autres organisations syndicales, et c’est leur droit, ayant des avis différents.

Si vous estimez important que le courant social chrétien soit représenté et pèse dans le champ économique et social de notre pays, votez et faites votez pour la CFTC.