CFTC Paris | Japon, « une économie qui importe peu »
812
post-template-default,single,single-post,postid-812,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Japon, « une économie qui importe peu »

Japon, « une économie qui importe peu »

Des dizaines de milliers de morts et de disparus, des enfants sans parents, des parents errant dans des décombres d’apocalypse pour retrouver leurs enfants, si ce n’est vivants, au moins leurs dépouilles.

 

Des vies brisées, cassées, anéanties.

 

Un pays sinistré, un risque nucléaire avéré.

 

Ce n’était pas le bon moment.

 

Vous vous rendez compte ? Cela risque de nuire au business !

 

De gripper ce merveilleux système qui à coups de spéculations délirantes, a ruiné des centaines de milliers de foyers, a jeté à la rue des familles entières après saisie de leurs habitations et a permis aux stars de salles de marchés d’empocher des millions de dollars de bonus !

 

La preuve, la bourse de Tokyo a immédiatement décroché après le séisme.

 

Vraiment, ce n’était pas le bon moment !

 

En véritable générale en chef de l’entreprise France, la patronne du MEDEF, a tout de suite pris la mesure de la situation, elle ajoutait aussitôt : « Même si les entreprises françaises sont très présentes au Japon, les exportations françaises dépendent assez peu de l’économie japonaise, car l’économie japonaise est une économie qui importe peu. »

 

Ce n’est peut-être pas l’avis des japonais !

 

Mais au-delà du terrible drame humain, quelle étrange conception de l’entreprise que celle qui ignore que l’on peut se passionner pour son métier, ses savoir-faire, la réalisation d’un projet, aimer le travail bien fait et souffrir de voir le déchaînement des éléments mettre, en quelques minutes, à bas les efforts d’une communauté de travail.

 

A la semaine prochaine !