CFTC Paris | Jours fériés : coup de folie chez les DRH
1179
post-template-default,single,single-post,postid-1179,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Jours fériés : coup de folie chez les DRH

Jours fériés : coup de folie chez les DRH

Le débat s’annonce acharné. A l’occasion de leurs assises annuelles, les directeurs de ressources humaines (DRH) réunis dans l’association nationale des DRH ont préconisé, en présence du ministre du Travail, Michel Sapin, de «neutraliser trois des six jours fériés d’origine chrétienne (Pentecôte, Ascension, 15 août jour de l’assomption) afin que les salariés puissent les prendre comme ils le souhaitent».


L’ANDRH propose de conserver Noël, le lundi de Pâques et le jour de la Toussaint, car ce sont «des fêtes qui revêtent désormais une forte dimension sociétale». L’association suggère plus de flexibilité avec le jeudi de l’Ascension, le lundi de Pentecôte et l’Assomption. L’idée serait ainsi, pour les salariés musulmans ou juifs, de poser ces jours fériés lors des fêtes liées à leur religion.

Une meilleure gestion
des longs week-end

Pour Jean-Christophe Sciberras, DRH de Rhodia 
et Président de l’ANDRH, à l’origine de cette proposition, il s’agit de répondre à plusieurs questions : «Comment fait-on pour s’organiser sur le rythme d’une religion dominante qui n’est plus celle de la France d’aujourd’hui ? Comment combiner organisation de l’entreprise et convictions profondes de chacun ?»

«Ce ne serait pas compliqué de trouver un terrain d’entente avec les syndicats», pronostique-t-il, privilégiant l’hypothèse «non pas d’un débat au niveau national, mais au niveau des accords de branches et des accords d’entreprises». Il note qu’une telle mesure serait plus pertinente dans certaines régions, pointant l’exemple de l’Ile-de-France.

Outre le respect de la diversité, l’autre avantage que voient les DRH serait d’étaler davantage les jours fériés des salariés sur l’année. Objectif : éviter les départs massifs en week-end. La proposition des DRH n’est pas «d’enlever des jours, les trois jours en question ne seraient pas fermés et pourraient être positionnés sur d’autres fêtes», précise Jean-Christophe Sciberras.

L’ANDRH préconise une expérimentation, dans un premier temps, pour quelques entreprises volontaires.

Les internautes s’amusent ou s’indignent

L’annonce de cette proposition a provoqué des réactions amusées ou… indignées ce vendredi sur notre site Internet : 
«Pourquoi trois jours religieux ? le 8 mai, le 14 juillet et le 11 novembre seraient préférables», explique ainsi sacrin. «Nous sommes en train de massacrer et de renier notre histoire et notre culture…. La France est laïque mais son histoire est Chrétienne, s’insurge un internaute. Pourquoi ne pas supprimer noël, le jour de l’an et tout le reste.»

«Génial», s’amuse un troisième. «Quand ces jours fériés tomberont un Dimanche, on pourra changer la date pour en profiter quand même». Et un autre de conclure avec pragmatisme : «Je vais pouvoir réaliser un grand rêve. Le jour de mon anniversaire sera systématiquement férié !»

Les instances religieuses plus réservées

«La conférence des évêques de France est prudente», a réagi son porte-parole Bernard Podvin, jugeant que la proposition de l’ANDRH «n’est pas la bonne réponse à la diversité». Selon lui, cette question n’a jamais été discutée par les religions mais pourrait l’être à la prochaine réunion de la Conférence des responsables de culte en France (CRCF), à l’automne. De son côté, le Conseil français du culte musulman (CFCM) plaide pour «une meilleure utilisation du dispositif actuel qui donne aux fonctionnaires et aux salariés l’autorisation de s’absenter lors des jours de fêtes religieuses non fériées».

Enfin, Joseph Thouvenel, Vice-président de la CFTC, le syndicat chrétien, s’étonne que «les DRH fassent ce type de propositions sans consulter au préalable les organisations syndicales». Ces jours «sont des jours de la République inscrits dans le code du travail de la République, poursuit-il. Ils sont des marqueurs de temps privilégiés du lien social, familial et associatif, indispensables pour l’équilibre de notre société».


Paru dans Le Parisien du  vendredi 29 juin 2012