CFTC Paris | La CFTC choisit un nouveau leader
977
post-template-default,single,single-post,postid-977,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La CFTC choisit un nouveau leader

La CFTC choisit un nouveau leader

Représentativité

 

La principale équation à résoudre pour la CFTC est de préserver sa représentativité, alors que la loi de 2008, au travers de critères très stricts basés sur les scores aux élections professionnelles, risque de la priver de son privilège actuel : négocier des accords sociaux aux côtés des grandes centrales. La stratégie proposée par la direction est d’abord le refus de toute fusion avec d’autres syndicats, eux aussi menacés par la loi (FO, CFE-CGC, UNSA).

« Pas d’alliance électoraliste contre nature ou de fusion aux effets tragiques », a tonné à la tribune Joseph Thouvenel, auteur d’un rapport sur ce thème, ovationné par la salle. Il suggère la constitution « éventuellement d’une liste commune » avec d’autres syndicats, « mais en prenant la précaution que les voix CFTC ne soient pas comptabilisées sous d’autres étiquettes ». « La CFTC doit continuer d’exister, elle a un bel avenir. » « Nous ne baissons pas les bras, nous demandons aux candidats à la présidentielle que cette loi de 2008 soit revue », lance Louis Philippe. Sur un ton encore plus tranché, Bernard Ibal, un cacique du mouvement, prévient : « La CFTC sait mordre pour la défense du pluralisme syndical », « notre syndicalisme du coeur n’est pas le syndicalisme des enfants de choeur ! » Le texte sur la représentativité a été également adopté par la majorité.

 

Valeurs chrétiennes

 

Pendant trois jours, dirigeants et délégués ont martelé leur attachement aux valeurs chrétiennes : « la famille, un des drapeaux de la CFTC », la « politique familiale », « la défense du repos dominical ». Durant ses trois mandats (de 2002 à 2011), Jacques Voisin a défendu ces valeurs et a donné un tour plus combatif au syndicat chrétien – qui revendique 142 000 adhérents et dont le credo est la défense de la « double dimension matérielle et spirituelle » des salariés. Philippe Louis a rappelé les revendications impulsées ces dernières années par la CFTC sur les conditions de travail ou le statut du travailleur lors du congrès, où s’est rendue jeudi la secrétaire d’État à la Solidarité Marie-Anne Montchamp pour évoquer la question de la dépendance et du handicap.

Dans la perspective de 2013 – où l’agrégation des résultats électoraux dira si la CFTC est représentative -, le syndicat chrétien est décidé à élargir son audience et affine ses propositions dans un « rapport-programme », le premier depuis dix ans, adopté à l’unanimité des délégués moins 21 absentions. À la tribune, Pascale Coton a égrené ces nombreuses propositions, notamment en faveur des jeunes pour que l’école redevienne « un ascenseur social » et pour la défense des salaires et du « juste revenu ».