CFTC Paris | La CFTC écrit à Emmanuel MACRON
2014
post-template-default,single,single-post,postid-2014,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La CFTC écrit à Emmanuel MACRON

La CFTC écrit à Emmanuel MACRON

Monsieur le Ministre,

 

Permettez-moi d’attirer votre attention sur la désinformation manifeste dont, comme l’ensemble de nos concitoyens, vous êtes victime.

 

Dans un entretien accordé au « Parisien », en date du mardi 13 mai, M. Pierre GATTAZ, Président du MEDEF, affirmait « qu’autoriser l’ouverture des commerces le week-end et après 21 heures, sur la base du volontariat, pourrait créer 30.000 à 40.000 emplois ».

 

Si la CFTC est profondément attachée au repos dominical – ce temps où la production et la consommation sont entre parenthèses pour permettre la vie familiale, personnelle, associative, culturelle et spirituelle  nous sommes bien entendu particulièrement attentifs à tout ce qui concerne l’emploi.

 

Aussi, avons-nous écrit dès le 16 mai à M. GATTAZ pour savoir d’où il tirait ces chiffres, d’autant plus que les seules études sérieuses existantes arrivaient toutes à la même conclusion : au mieux, l’ouverture des commerces le dimanche a un effet nul sur l’emploi, plus vraisemblablement, il en détruit – les grandes surfaces cannibalisant le chiffre d’affaires des petits commerces, fragilisant encore plus ceux-ci, provoquant, outre leur disparition, la désertification de nos quartiers.

 

Comme l’a constaté Jean-Claude BOURRELIER, le patron de BRICORAMA, « l’analyse des chiffres montre qu’au cumul, depuis le début de l’année, nous n’avons reçu que le même nombre de clients qu’en 2013 alors que nous avons le bénéfice de l’ouverture du dimanche » (extrait de la lettre d’information interne de Bricorama – août 2014).

 

Effectivement !

 

Le client qui achète une brouette le dimanche,

ne revient pas en acheter une le mercredi.

 

Il n’y a pas création de richesse, mais transfert d’activité.

 

 

Malgré 3 courriers par voie postale, dont un recommandé, deux courriers remis directement au MEDEF, aucune réponse à une question légitime : d’où viennent les chiffres de Monsieur GATTAZ ?

 

La CFTC regrette infiniment que sur un sujet qui correspond à un véritable choix de société, la réponse d’une partie du patronat soit d’essayer de nous « enfumer » collectivement en jouant faussement sur la nécessaire création d’emplois.

 

Dans ce concert de déclarations sans fondement, il nous faut relever celle de M. Laurent FABIUS au micro de RTL « le touriste qui se présente le dimanche devant un magasin fermé ne va pas revenir le jeudi ».

Effectivement, il est vraisemblable que le touriste en question y revienne le lundi, il y sera peut-être même passé le samedi…

 

Essayer de nous faire croire que les touristes, notamment Chinois, fuiraient Paris pour Londres en raison de la fermeture des grands magasins le dimanche est absurde.

Organisant leur voyage en Europe, les Chinois choisiraient justement, et ce depuis des années, le jour de la fermeture du magasin dont ils rêvent de dévaliser les rayons pour s’y présenter !

Ce type de raisonnement nous semble quelque peu insultant pour l’intelligence de nos amis d’Asie.

Curieusement, le même raisonnement n’est pas tenu pour le mardi, jour de fermeture du Louvre ou autres musées nationaux, dont les touristes sont pourtant friands.

 

En réalité, ce qui risque de rebuter de plus en plus les touristes étrangers, c’est l’insécurité grandissante dont ils sont victimes dès la sortie des aérogares ou la descente des trains.

 

Monsieur le Ministre, ne sacrifions pas à quelques intérêts mercantiles, relayés par une propagande souvent mensongère, notre art de vivre à la Française.

 

Ne sacrifions pas non plus la vie familiale, personnelle, associative, culturelle et spirituelle en détruisant ce temps du lien social qu’est le dimanche chômé.

 

En restant à votre entière disposition pour approfondir avec vous cette problématique du dimanche, veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

 

Joseph THOUVENEL

Vice-président