CFTC Paris | la diversité c’est la liberté!
1713
post-template-default,single,single-post,postid-1713,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

la diversité c’est la liberté!

la diversité c’est la liberté!

dépêche de (AEF) l’ Agence Economique et Financière

Situation sociale : l’intersyndicale sur le point de finaliser un texte commun sans la CFTC

 « Un texte [de déclaration commune] est quasiment finalisé, on se donne jusqu’à la fin de semaine pour aboutir », résume Véronique Descacq (CFDT), lundi 6 janvier 2014, à l’issue d’une réunion intersyndicale consacrée à la formalisation de propositions communes sur l’emploi, le pouvoir d’achat, la fiscalité et l’Europe. « Les discussions ne sont pas bloquées, nous sommes tous d’accord pour aboutir à un texte commun en fin de semaine », abonde Mohammed Oussedik (CGT). En revanche, l’intersyndicale connaît une nouvelle défection avec le départ de la CFTC qui, si elle se reconnaît dans certaines positions, refuse de « gommer artificiellement » les différences entre organisations et préfère garder son autonomie d’action. L’intersyndicale est désormais composée de la CFDT, de la CGT, de la FSU et de l’Unsa.

 Les représentants de la CFDT, de la CGT, de la FSU et de l’Unsa – la CFTC présente au début a quitté la réunion – se sont retrouvés au siège de la CFDT, lundi 6 janvier 2014, pour poursuivre leurs travaux dans l’optique d’aboutir à des propositions communes sur l’emploi, le pouvoir d’achat, la fiscalité et les questions européennes, au travers notamment du plan d’investissement européen proposé par la CES (Confédération européenne des syndicats). Les participants annoncent avoir quasiment finalisé un texte commun et se donnent jusqu’à la fin de la semaine pour rendre publiques leurs propositions au nombre desquelles devraient notamment figurer la demande d’ouverture d’une négociation nationale sur l’emploi des jeunes ou encore de travaux paritaires dans les branches sur les grilles de classifications. De même, « il faut mener une réflexion dans les régions pour travailler sur l’emploi », souligne Jean Grosset (Unsa) qui ajoute qu’il restera ensuite à l’intersyndicale à définir les modalités pour porter la déclaration commune auprès des pouvoirs publics.

DÉFECTION DE LA CFTC

Partie à six organisations – la CFE-CGC et FO ayant refusé d’entrée d’y participer -, l’intersyndicale ne compte plus que quatre organisations membres, après le départ de la CFTC. Si sur la question européenne, la confédération chrétienne se retrouve dans la proposition de la CES dont elle est membre, elle refuse l’idée de toute communication intersyndicale. « Sur le terrain, avec la loi sur la représentativité, nous sommes en compétition avec les autres organisations, il est difficile de porter un message commun et de demander à nos équipes de distribuer des tracts avec le logo des autres organisations », déclare à l’AEF, Joseph Thouvenel, vice-président de la CFTC. Sur les autres sujets, « on ne peut pas aborder les choses sous le seul angle du plus petit dénominateur commun : par exemple, on ne peut pas tous dire qu’il faut investir sans préciser à partir de quelles recettes et là, on ne sera pas d’accord », ajoute-t-il. De fait, ce retrait est le fruit d’une décision de la commission exécutive de la CFTC.