CFTC Paris | La loi naturelle n’est pas la loi du plus fort !
1835
post-template-default,single,single-post,postid-1835,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La loi naturelle n’est pas la loi du plus fort !

La loi naturelle n’est pas la loi du plus fort !


Chronique de J. THOUVENEL du 29.04.2014 sur Radio Notre Dame (100.7)
Lire la chronique, c’est bien ! L’écouter, c’est encore mieux !

Nombres de commentateurs se sont émus des déclarations du maire de Fontgombault, affirmant qu’il y avait « une loi naturelle supérieure aux lois humaines ».

Si ces propos ne furent pas sanctionnés dans les urnes, Jacques Tissier obtenant 63.59% des voix dès le premier tour des municipales, ils émurent une grande partie de la petite communauté médiatique nationale.
Pour les uns, nous assistons à un retour de l’obscurantisme, pour les autres c’est la République qui est en danger et pour beaucoup il existe une véritable incompréhension.

Mais de quoi parle-t-on ?

D’abord, il ne faut pas confondre loi naturelle et loi de la nature.

Il ne s’agit pas d’observer le cours des choses, constater le fonctionnement biologique des êtres vivants et basta tout va bien. Non. La loi naturelle se réfère à la nature propre de l’être humain.

Comme l’écrivait, Saint Jean-Paul II. (Vous ne trouvez pas que cela fait plaisir à dire et à entendre « Saint Jean-Paul II »). Donc comme l’écrivait saint Jean-Paul II « la loi morale naturelle exprime et prescrit les finalités, les droits et les devoirs qui se fondent sur la nature corporelle et spirituelle de la personne humaine. ».
Précisant dans la lettre encyclique « Veritas splendor » :
« Du fait qu’elle exprime la dignité de la personne humaine et établit le fondement de ses droits et de ses devoirs primordiaux, la loi naturelle est universelle dans ses prescriptions et son autorité s’étend à tous les hommes. »

C’est largement sur cette notion que s’appuient les sociaux chrétiens, pour affirmer la nécessité du respect des travailleurs et de leur dignité inaliénable, condamnant du même coup toute exploitation des êtres humains, fusse pour des raisons économiques, politiques ou sociétales comme on le Jaspine aujourd’hui.
C’est en effet la loi naturelle qui est le socle des droits fondamentaux des travailleurs :
• Interdiction du travail des enfants
• Interdiction du travail forcé
• Un salaire permettant de vivre dignement
• Un minimum de protection sociale pour ne pas être réduit à la misère en cas de maladie ou d’accident etc.…

Que, dans certains pays, la loi autorise à faire turbiner jusqu’à épuisement des gamins au fond des mines, ou des gamines de 6 ans dans des ateliers de couture, n’enlève rien à l’immoralité de la chose.
Fut-il légal l’esclavage n’en est pas moins inacceptable, du moins aux yeux de la loi naturelle qui ne se confond pas avec celle du plus fort ou celle de la puissance dominante du moment.
Je dois vous avouer, qu’à titre personnel, je me sens légèrement concerné par la question, car si en 1943 un officier Allemand n’avait pas violé, au risque de sa vie, la loi des hommes alors en vigueur, au profit de la loi naturelle en générale et d’un interné de la prison de Fresnes en particulier.Je ne serais pas là, pour vous en parler.
Cet interné dont il à fait disparaître l’ordre de déportation, lui évitant d’être définitivement broyé  par l’abomination nazi, c’était mon père.
Merci à tous ceux qui savent quand il le faut, faire prévaloir la loi naturelle source de vie, sur des lois humaines mortifères.
A la semaine prochaine !