CFTC Paris | Le coup de semonce du préfet
644
post-template-default,single,single-post,postid-644,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le coup de semonce du préfet

Le coup de semonce du préfet

Près de 20% de l’activité commerciale de Paris auraient été touchés par ce changement des règles du jeu. A la mairie de Paris, on confirme la réception d’un courrier du préfet en milieu de semaine. « Ce refus n’est pas vraiment une surprise pour nous, explique le Directeur de Cabinet de Bertrand Delanoë. Dans son courrier, le préfet estime que puisque la loi prévoit des zones touristiques et ces nouvelles zones Puce, il n’y a pas lieu de remplacer l’une par l’autre ». L’équipe de Bertrand Delanoë ne devrait pas aller plus loin.

« Nicolas Sarkozy nous avait promis que le travail le dimanche se ferait sur la base du volontariat »
Joseph Thouvenel
Président du syndicat CFTC Paris

« Nicolas Sarkozy nous avait promis que le travail le dimanche se ferait sur la base du volontariat et serait payé double. En transformant les zones touristiques en Puce, son préfet aurait pu tenir cette promesse. Il ne l’a pas fait », proteste Joseph Thouvenel, Président du syndicat CFTC Paris.
Du côté des entreprises concernées, la nouvelle est accueillie favorablement. « Nous sommes la première zone touristique de France. Le statut des Puce ne nous était pas du tout adapté », souligne un porte-parole du Comité des Champs-Élysées, l’association qui regroupe les commerçants de la célèbre avenue. Même tonalité au Medef. « Paris, première destination touristique du monde, aurait-elle vraiment pu se passer de ses zones touristiques ? » feint de s’interroger Marie-Sophie Claverie, la déléguée générale du Medef 75. Et d’ajouter : « il faut laisser une marge de flexibilité aux entreprises. »

B.C. (avec S.R.)