CFTC Paris | Le droit à ne pas émigrer
1354
post-template-default,single,single-post,postid-1354,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le droit à ne pas émigrer

Le droit à ne pas émigrer

Consommateurs, quand vous optez pour du made in china, avez-vous la garantie de ne pas alimenter la machine à broyer les travailleurs ?
On peut également prendre connaissance de documents sur la migration qui ont l’immense avantage de ne pas avoir été  élaborés par ces intellectuels qui, depuis les beaux quartiers où ils sont douillettement installés, se vautrent avec délectation dans toutes les idéologies à la mode,  jouent les experts dans les grands médias, n’ont jamais un mot d’excuse, un semblant de remord après que les faits leur ont cruellement donné tort. Je pense par exemple à tous les chantres du communisme qui ont participé à précipiter des peuples dans la misère, la tyrannie et  parfois la mort.
Nos maoïstes d’hier sont les pourvoyeurs du capitalisme sans morale d’aujourd’hui, avec une candeur et un aplomb qui en font les mètres étalons de la tartuferie universelle.
Pour les syndicalistes, d’Afrique, d’Asie, d’Amérique du sud ou centrale, de Roumanie, de Bulgarie etc., « il convient de comprendre les flux migratoires actuels du point de vue de l’économie mondiale et des inégalités structurelles qu’elle génère. Le démantèlement des chaines de production, la dérèglementation et la libéralisation des systèmes financiers, commerciaux et des services ont mis de nombreuses personnes au chômage ». Surtout dans les pays en développement, les obligent à émigrer pour survivre.
D’où le soutien de la Confédération Syndicale Internationale au concept « du droit à ne pas émigrer».

Eh oui, vivre et travailler au pays, auprès des siens au cœur de sa culture est aussi un droit pour tous les hommes et femmes  de notre planète.

A la semaine prochaine.