CFTC Paris | Le mot d’excuse de la CFTC pour sécher la journée de solidarité
1499
post-template-default,single,single-post,postid-1499,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le mot d’excuse de la CFTC pour sécher la journée de solidarité

Le mot d’excuse de la CFTC pour sécher la journée de solidarité

 Le syndicat CFTC a lancé lundi un appel à la grève pour le lundi de Pentecôte, afin de protéger les salariés qui ne souhaitent pas travailler lors de cette journée de solidarité. Selon le syndicat, de plus en plus d’entreprises font travailler leurs employés pendant les jours fériés.

 

Voilà un mot d’excuse en béton pour tous les salariés qui refusent de travailler lors des prochains jours fériés. La Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) a annoncé lundi qu’elle lançait un mot d’ordre de grève afin de protéger de toute sanction les salariés qui seraient « obligés » de travailler le lundi 20 mai (Pentecôte), mais aussi le mercredi 8 mai (victoire de 1945) et le jeudi 9 mai (Ascension).


« Certaines entreprises obligent leurs employés, sous prétexte de journée dite de solidarité, à venir travailler à une de ces trois dates », indique le syndicat. Depuis 2008, les entreprises peuvent choisir librement la date consacrée à cette journée de solidarité et ne sont plus contraintes de faire travailler leurs salariés le lundi de Pentecôte, comme prévu initialement. Une souplesse qui n’est pas appliquée au sein d’une majorité d’entreprise, selon la CFTC.