CFTC Paris | le politiquement correcte de l’UNICEF
3001
post-template-default,single,single-post,postid-3001,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

le politiquement correcte de l’UNICEF

le politiquement correcte de l’UNICEF

Chronique de J. THOUVENEL du 19.04.2016 sur Radio Notre Dame (100.7)
Lire la chronique, c'est bien ! L'écouter, c'est encore mieux !

Bonjour à toutes et à tous,

nigeria.jpgL’AED- l’aide à l’Eglise en détresse- nous appelle, deux ans après leur enlèvement à ne pas oublier les 219 lycéennes nigérianes aux mains de BOKO HARAM.

BOKO HARAM, dont le nom officiel est « peuple engagé dans la propagation de l’enseignement du prophète Mahomet et du Jihad », a revendiqué l’enlèvement de ces malheureuses gamines par la voix d’ABUBAKAR SHEKAU, le tyran local : « J’ai enlevé les filles. Je vais les vendre sur le marché au nom d’Allah. J’ai dit que l’éducation occidentale devait cesser. Les filles vous devez quitter l’école et vous marier [] une fille de 12 ans, je la donnerai en mariage, même une fille de 9 ans je le ferais ».

Plus de 730 jours après cette terrifiante razzia, que sont devenus ces gosses ? Et surtout, que faisons-nous pour les sortir des griffes de leur bourreau et éviter la multiplication de ces actes barbares.

Vous comme moi, faisons légitimement confiance aux organismes internationaux qui nous représentent.

Dès que l’Union Européenne aura fini de légiférer sur le point fondamental de la puissance maximale des aspirateurs, ou sur le considérable enjeu de la définition précise de la fessée, ne doutons pas qu’elle se penchera avec efficacité sur ces problèmes secondaires.

En attendant l’ONU veille, et plus précisément son agence spécialisée dans la promotion de la condition des enfants, l’UNICEF. Sur son site, celle-ci affirme qu’elle « est fier d’être l’organisme chef de file des Nations-Unies pour l’éducation des filles ». Son but : « anéantir les réalités cruelles de l’inégalité dans l’éducation et donner aux filles les moyens de se prendre en charge et de devenir les dirigeants de demain ». Pour ce faire, l’UNICEF « mène des actions de lobbying auprès des dirigeants, des penseurs et des décideurs ».

Déjà BOKO HARAM tremble, la terreur saisit AL-QUAIDA, l’Etat Islamique vacille. Et ils n’ont pas encore vu le clip que l’UNICEF vient de réaliser pour dénoncer les mariages forcés, ces noces d’infamie où une jeune, parfois très jeune fille est livrée à un homme fréquemment bien plus âgé qu’elle.

Comme à l’ONU on n’a pas peur de la réalité, même si cela doit fâcher, le choc des images est courageusement utilisé. C’est toute la symbolique du mariage occidental qui est mise en scène, robe blanche en dentelle, sur adolescente blondinette, issue d’un milieu visiblement bourgeois européen ou nord-américain. La caméra balaye même un vitrail entre deux images de préparation de la cérémonie.

La morale de l’histoire : lycéennes raptées, remercié vos kidnappeurs islamistes, ils vous protègent de ces infâmes occidentaux en général et des démoniaques chrétiens en particulier.

Comme le disait Jean Ferrat, ce chanteur de talent mal engagé : « faut-il en rire ou en pleurer, je n’ai pas le cœur à le dire ».

A la semaine prochaine