CFTC Paris | Le Sénat va t-il remettre en question le travail du dimanche ?
968
post-template-default,single,single-post,postid-968,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le Sénat va t-il remettre en question le travail du dimanche ?

Le Sénat va t-il remettre en question le travail du dimanche ?

Mais le texte ne limite pas à vouloir interdire le travail du dimanche, puisqu’il a aussi pour ambition de codifier clairement, les conditions de travail et de rémunération des salariés travaillant le dimanche. Exemple : « (…) Nous proposons également que tous les salarié-es qui travaillent le dimanche, de manière exceptionnelle ou régulière, puissent bénéficier d’une rémunération doublée, à moins qu’un accord collectif ne leur prévoit des dispositions plus favorables. Car contrairement aux annonces ministérielles, l’adoption de la loi du 10 août 2010 n’a pas eu pour effet de permettre aux salarié-es qui travaillent le dimanche de bénéficier d’une rémunération doublée couplée à un repos constitué de deux jours consécutifs. En effet, la loi permet à tous les commerces – y compris ceux qui n’ont pas de vocation touristique – d’ouvrir tous les dimanches, sans obligation de contreparties pour les salarié-es (…)»

Ce texte est à notre sens important puisqu’il permettrait probablement de faire le ménage dans les trop nombreuses
dérogations listées notamment par le site Linternaute.

Il est certain que, la proposition de loi des sénateurs du groupe Communiste Républicain Citoyen va relancer le débat entre ceux, qui trouvent bien agréable d’aller faire ses courses le dimanche matin : « puisque c’est un jour de repos » pour eux et ceux, qui considèrent qu’il est nécessaire pour chacun de partager le même jour de la semaine avec son conjoint, ses enfants ou amis.

A ce sujet, nous laisserons la parole à Gérard Filoche qui
rappelait en 2007 que si : « Certains sondages affirment que 53% des Français sont favorables à l’ouverture des magasins le dimanche (…) Néanmoins, lorsqu’on demande à ces mêmes français, s’ils accepteraient de travailler le dimanche, ils y sont dévaforables à sont 85% » !

A méditer !