CFTC Paris | Le syndicalisme en Irlande
501
post-template-default,single,single-post,postid-501,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le syndicalisme en Irlande

Le syndicalisme en Irlande

Le ‘Irish Congress de Trade Unions’ (le Congrès Irlandais de Syndicats) fondé en 1894, regroupe tous les 55 syndicats irlandais. Cette unité est très rare en Europe et a compté, en grande partie, pour le succès du modèle économique irlandais, le célèbre Tigre Celtique des années 1997 à 2007. Ceci a commencé dix ans plus tôt, en 1987, avec des accords nationaux entre le gouvernement de la République et le Congrès.

 

Quid de l’ICTU 

55 Syndicats, soit tous les syndicats d’Irlande.

850,000 + adhérents, dont 60% dans le secteur public

Taux de syndicalisation : 39 % (Moyenne  Européenne 27 %, France 8 %)

Affiliation CES (Confédération Européenne des Syndicats)

 

Syndicat principal

SIPTU, Syndicat généraliste, 200,000 adhérents, affilié au Parti Travailliste.

 

Les chiffres peuvent apparaître plutôt positifs comparés à la France, et en manière générale on peut dire que la voix des syndicats compte plus en Irlande qu’en France. Mais le taux de syndicalisation, 39% aujourd’hui, est en chute, c’était 55% en 1980. Le taux est encore plus bas dans le secteur privé, soit 25%. Comme en France c’est ici la faiblesse et le défi pour le syndicalisme en Irlande, à savoir le recrutement de nouveaux adhérents. Ceci dans le contexte de la crise mondiale qui frappe spécialement durement l’Irlande. En 12 mois le taux de chômage est passé de 5 % à 12 %, soit 300,000 personnes licenciées, énorme pour la taille du pays. L’émigration forcée, une fatalité historique irlandaise, a recommencé et beaucoup des 400,000 immigrés venus pendant les années fastes, notamment des Polonais, repartent pour d’autres horizons.

 

Absence d’inspiration sociale-chrétienne.

Le Repos Dominical enterré depuis 10 ans.

 

L’Irlande étant à l’époque un pays 100% chrétien, les croyants n’avaient pas besoin d’organisations spécifiquement chrétiennes pour faire entendre leur voix et faire valoir leurs droits. On pouvait être syndicaliste laïc et saint, un célèbre cas étant le Vénérable Matt Talbot (1856 – 1925). Aujourd’hui et depuis 30 ans, l’Irlande est en pleine crise de déchristianisation, comme nous le voyons également en Pologne et d’autres pays de l’Est. Cette déchristianisation enchaîne des réactions, et des non réactions, incongrues. Le Repos Dominical a été aboli sans résistance en Irlande, il y 10 ans. Le syndicat principalement concerné, MANDATE, s’est battu, hélas en vain, et cruellement privé du soutien des autres syndicats et du Congrès. Aujourd’hui le dimanche en Irlande est banalisé, aucun nouveau contrat dans le Commerce ne donne de garanties, de salaire particulier ou de protection pour le travail du dimanche. Malheureusement la France ne risque pas d’échapper à cette fatalité. Ce manque de solidarité suit un schéma et se répète aussi parmi les syndicats de l’Europe de l’Est. Le tout correspond à un manque de vision chez les syndicats, le travail se limite à sa valeur économique, on ne retrouve pas l’idée de l’intégralité de l’Homme et le Bien Commun. L’Irlande, certes pour beaucoup de choses, est le paradis sur terre… il manque juste un syndicat comme la CFTC !

 

 

Ciarán Mac Guill

Trésorier de la CFTC PARIS

Auteur de « L’irlandais de poche » aux éditions Assimil