CFTC Paris | Les candidats aux municipales répondent à la CFTC PARIS
201
post-template-default,single,single-post,postid-201,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Les candidats aux municipales répondent à la CFTC PARIS

Les candidats aux municipales répondent à la CFTC PARIS

  • Réponse de Monsieur Bertrand DELANOË, candidat « Paris un temps d’avance »

1) Soutiendrez-vous activement le projet d’une véritable ligne de métro   fluvial permettant de relier le Val de Marne aux Hauts de Seine via Paris,   en interconnexion avec le métro, le RER, le bus et le tramway ? Ce réseau  devant être accessible avec le passe Navigo et ouvert aux adeptes des   modes de circulation douce : cyclistes, rollers, patineurs ainsi qu’aux  personnes handicapées ou équipées de poussettes.

  • Oui, nous mettrons en service, dès 2008, une ligne expérimentale de navettes fluviales entre Paris et Maisons-Alfort (Val-de-Marne). Au-delà, il s’agit de mettre en service un véritable métro fluvial sur la Seine, accessible selon les mêmes modalités que les autres modes de transports collectifs.

2) Aurez-vous une politique favorable au repos dominical, ce temps collectif où la production et la consommation sont entre parenthèses afin de favoriser la vie familiale, culturelle, associative et spirituelle ?

  • La loi sur le travail dominical est claire : le repos hebdomadaire du dimanche est obligatoire, sauf dérogation. L’Etat est seul, chargé de la gestion des dérogations en ce sens. Notre projet, qui s’inscrit dans la continuité de l’action conduite depuis 2001, recherche en permanence une harmonie entre les différentes séquences de la vie des Parisiens, consommateurs comme salariés, elle ne peut se construire que dans la concertation. C’est aussi cela avoir un « un temps d’avance ».

3) Quelles mesures comptez-vous prendre pour accompagner au mieux les parents et plus particulièrement les nombreuses mères qui jonglent entre boulot, métro et marmots ?

 

  • La 1ère réponse est l’accueil collectif des petits enfants – mode de garde plébiscité par les familles – depuis 2001, 5 816 places créées, 160 nouveaux établissements ouverts. Mais, le choix de la garde à domicile n’est pas négligée ; une aide financière PAPADO jusqu’à  400 euros par mois est délivrée par la Ville de Paris depuis 2004 sous condition de ressources.

 

Bertrand DELANOË souhaite créer 4 500 nouvelles places de crèches d’ici 2014 en veillant à  leur bonne répartition entre les quartiers de  Paris. La question des horaires est cruciale : nous nous engageons à ce     que, dans chaque arrondissement, les familles qui ont obtenu une place puissent

trouver au moins une structure d’accueil ouverte entre 7h30 et   19h, et au-delà de ces amplitudes nous poursuivrons le développement des    places à horaires atypiques (1 500 actuellement).

 

4) Vous engagez-vous à développer les moyens que la municipalité déploie pour lutter contre l’exploitation des êtres humains et l’accompagnement des victimes (prostitution, travail illégal) ?

  • L’amélioration de l’aide aux victimes de délits et de violences se traduira par des novations concrètes :

 

– la municipalité étendra à tous les arrondissements le service d’accompagnement des personnes âgées ou vulnérables en expérimentation dans le 12ème arrondissement ;

 

– dans chaque commissariat central d’arrondissement, un correspondant des services municipaux aura pour mission de repérer les situations difficiles et d’apporter une réponse adaptée.

 

Il s’agit d’apporter une aide concrète et matérielle aux personnes victimes d’agressions, de cambriolages, de «vols à  la tire» : refaire des «papiers administratifs», trouver un serrurier, bloquer une carte bleue dérobée, faciliter les démarches¦

 

Afin de mieux protéger les femmes victimes de violences conjugales, deux nouveaux lieux d’hébergement spécifiques dédiés aux victimes de violences seront créés, sur le modèle du Centre Suzanne Kepes que nous avons réalisé dans le 15ème arrondissement.

 

Les échanges d’appartements dans le parc social pour les femmes qui souhaitent changer d’adresse seront favorisés, et un service d’aide juridique et psychologique sera mise en place dans tous les centres d’hébergement qui accueillent des femmes. La lutte contre les mariages forcés engagée en partenariat avec les associations, services sociaux, écoles, et service de la Justice sera renforcée, et des dispositifs d’hébergement pour accueillir les jeunes filles seront créés.

 

5) Êtes-vous prêt à établir un cahier des charges visant à mettre en place une traçabilité sociale et environnementale des produits commandés par la Ville ?

 

  • Oui, la Ville de Paris s’est déjà  engagée dans une stratégie ambitieuse de développement durable pour ses achats. Cette démarche des achats responsables se construit autour de trois grandes orientations :

 

– l’achat éco-responsable vise à  acheter les produits, équipements ou services les plus « éco responsables » : recyclés, recyclables, économes, « propres », pour les biens et les prestations ;

 

– la gestion éco-responsable permet de gérer au mieux les stocks de fournitures et le parc d’équipements (ne pas gaspiller, « faire durer ») et simplifier le traitement administratif ; elle suppose un référentiel standardisé et une gestion des stocks optimisée ;

 

– le conseil éco-responsable vise à conseiller les services, les usagers et les élus sur les meilleures pratiques « durables », par une mise en ligne d’informations sur l’intranet.

 

Cela passe notamment par un référentiel des achats responsables. En application du code des marchés publics, les acheteurs doivent se référer aux normes ou documents équivalents établis par les autorités publiques nationales ou communautaires, particulièrement les éco-labels homologués.

 

 

On peut citer en particulier le logo Energy Star (matériels informatiques) et l’étiquette énergie (matériels électriques et électroménagers). D’autres normes de référence sont utilisées dans les achats de la Ville : l’ensemble des normes ISO 14001, 14020… , l’éco-label européen, les éco-labels étrangers.

 

 

6) Vous engagez-vous à développer les lieux de stationnement pour les deux roues, notamment à proximité des lieux de convivialité parisiens (parcs,jardins, salles de spectacles, musées, …) ?

 

  • Oui, d’ici 2014, le nombre de places de stationnement pour les deux roues motorisés et vélos sur l’espace public sera doublé (23 000 ont déjà  été réalisées depuis 2001), notamment en mobilisant des espaces sur trottoirs, dès lors que cela ne gêne pas les piétons (entre les arbres ou les mobiliers urbains, à la place des potelets anti- stationnement…).

 

L’offre de stationnement sera diversifiée afin de limiter les contraintes d’encombrement sur l’espace public et de répondre à différentes situations : stationnement courte ou longue durée, domicile, bureau équipements, espace public. Un programme de parcs à vélos de conception architecturale innovante qui proposera un stationnement sécurisé sera mise en place. Les places pour deux roues motorisés dans les parkings souterrains avec des tarifs favorables seront également développées.

 

 

  • Réponse de M.Jacques BOUTAULT (Les Verts), candidat présenté sur la liste : « Paris un temps d’avance, continuons ensemble avec Bertrand Delanoë et Jacques BOUTAULT »

1) Soutiendrez-vous activement le projet d’une véritable ligne de métro   fluvial permettant de relier le Val de Marne aux Hauts de Seine via Paris,   en interconnexion avec le métro, le RER, le bus et le tramway ? Ce réseau  devant être accessible avec le passe Navigo et ouvert aux adeptes des   modes de circulation douce : cyclistes, rollers, patineurs ainsi qu’aux  personnes handicapées ou équipées de poussettes.

  • Oui, la navette fluviale est un engagement des écologistes dans le cadre
    d’une ré appropriation progressive des voies sur berges par les piétons
    et circulations douces (vélos, bus..).

2) Aurez-vous une politique favorable au repos dominical, ce temps collectif où la production et la consommation sont entre parenthèses afin de favoriser la vie familiale, culturelle, associative et spirituelle ?

  • Le repos dominical est indispensable aux salariés du commerce et de
    l’industrie, cela n’est pas négociable. L’ouverture en fin de semaine
    des services publics culturels et sportifs  (musées, bibliothèques,
    piscines… ) doit faire l’objet d’une négociation et toujours être
    basée sur le volontarisme. L’objectif étant de favoriser la vie
    culturelle, associative et spirituelle des familles parisiennes au
    détriment d’une société de consommation perpétuelle.

3) Quelles mesures comptez-vous prendre pour accompagner au mieux les parents et plus particulièrement les nombreuses mères qui jonglent entre boulot, métro et marmots ?

  • Je suis résolument pour la création de places de garde en petite enfance
    beaucoup plus nombreuses : crèches municipales, crèches parentales,
    mini-crèches d’appartement, halte-garderie, aide à la garde partagée,
    renforcement des aides du CAS pour faire garder son enfant (sous
    conditions de ressources), etc. Parce que, vous avez raison, ce sont
    trop souvent les femmes qui doivent sacrifier leur vie professionnelle
    pour s’occuper des enfants.

4) Vous engagez-vous à développer les moyens que la municipalité déploie pour lutter contre l’exploitation des êtres humains et l’accompagnement des victimes (prostitution, travail illégal) ?

  • Bien sur. Nous travaillons déjà avec une association qui va à la
    rencontre des femmes prostituées rue Saint-Denis pour entamer le
    dialoguer et tenter de les faire sortir des réseaux dans lesquels elles
    se trouvent. Ce type d’action devra être renforcé. Le travail dissimulé
    n’a bien entendu pas a être toléré. Mais attention à ne pas en rendre
    coupables les salariés eux-mêmes, souvent étrangers, qui n’ont d’autres
    ressources que ce travail, en leur infliger une « double peine ». Il faut
    mieux travailler avec l’inspection du travail dont les moyens devraient
    être considérablement renforcés pour lutter contre ce fléau.

5) Êtes-vous prêt à établir un cahier des charges visant à mettre en place une traçabilité sociale et environnementale des produits commandés par la Ville ?

  • La traçabilité environnementale est une demande qu’a formulée  le groupe
    Les Verts au cours du vote du plan climat, lors du précédent Conseil de
    Paris (mandature 2001-08), notamment en ce qui concerne le poids carbone
    des aliments dans la restauration collective municipale (cantines,
    crèches…). La traçabilité sociale est une bonne idée qui mérite d’être
      creusée.

6) Vous engagez-vous à développer les lieux de stationnement pour les deux roues, notamment à proximité des lieux de convivialité parisiens (parcs,jardins, salles de spectacles, musées, …) ?


  • Pour les deux-roues non motorisés, oui bien sur, j’y suis favorable,
    sans aucune équivoque ! Il faut même en faire plus. Mais les deux-roues
    motorisés doivent aussi pouvoir se garer normalement et, notamment, pas
    sur les trottoirs. Nous devrons donc continuer à en créer d’avantage,
    surtout, comme vous le dites très justement, près de lieux de
    convivialité. Mais aussi autour des gares où il en manque considérablement.