CFTC Paris | Les facéties de Lefebvre et la réponse de la CFTC
1048
post-template-default,single,single-post,postid-1048,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Les facéties de Lefebvre et la réponse de la CFTC

Les facéties de Lefebvre et la réponse de la CFTC

À l’occasion des vœux aux acteurs économiques, Frédéric LEFÈBVRE, Secrétaire d’État, chargé du commerce, de l’artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services, des professions libérales et de la consommation, a tenu à critiquer « l’injuste » loi sur le travail du dimanche.

 

Monsieur le Secrétaire d’État a raison : quand un texte discrimine les salariés en refusant le principe du volontariat ou du paiement double le dimanche à une très grande majorité d’entre eux, cela est injuste.

 

Quand une loi favorise la grande distribution et les centres commerciaux, au détriment du commerce de proximité, cela est injuste et dangereux pour nos territoires.

 

Mais ce n’est pas cela que visait Monsieur LEFÈBVRE. Pour lui, l’injustice réside dans le fait que certains puissent ouvrir le dimanche, et d’autres non.

 

Pour la CFTC, si un texte de loi est mauvais, il ne fallait ni le soutenir comme l’a fait, Frédéric LEFÈBVRE, ni le voter.

 

Sur sa lancée, le Secrétaire d’État annonçait des mesures, visant à ce que les communes qui, par « idéologie », n’autorisent pas certaines ouvertures le dimanche soient privées de leurs prérogatives. Le Secrétaire d’État des artisans et des petits commerçants ignore-t-il que tous les commerces, tous les artisans peuvent travailler le dimanche dans la mesure où ce sont eux qui sont à la manœuvre ?

 

Sans parler des multiples et légitimes dérogations pour les métiers de bouche, les marchés traditionnels, les activités culturelles, etc …

 

Ce que prépare Frédéric LEFÈVBRE, c’est un nouveau mauvais coup contre le commerce de proximité et la sauvegarde d’un temps indispensable à l’équilibre de la vie familiale, personnelle, associative et spirituelle.

 

La CFTC note qu’il n’a pas été question, dans les propos du Ministre, de tenir les promesses d’il y a 5 ans : « Le travail du dimanche se fera sur la base du volontariat et du paiement double ».

 

L’intervention du Secrétaire d’État fut d’autant plus intéressante, qu’elle s’est située entre celles de François BAROUIN, Valérie PECRESSE, Éric BESSON et Pierre LELLOUCHE qui, tous ont cité en exemple le champion d’Europe de l’économie, l’Allemagne, qui est en même temps le pays le plus strict en matière d’ouverture le dimanche. Un exemple à suivre ?

 

Pour la CFTC, il est temps qu’au plus haut niveau de l’État, on prenne conscience qu’une société ne se construit pas en cédant à la pression marchande, mais que la raison doit l’emporter sur la pulsion d’achat.

 

En charge du dossier : Joseph THOUVENEL – Vice-président CFTC

 

PARIS, 17 fév 2012 (AFP) – Le président Nicolas Sarkozy veut, s’il est réélu, « élargir les conditions d’ouverture des magasins le dimanche », selon une déclaration lue vendredi en son nom par le secrétaire d’Etat au commerce Frédéric Lefebvre.
C’est « vous donner plus de liberté, c’est de la croissance pour vos commerces, c’est de l’emploi pour les Français », a-t-il notamment ajouté, dans cette déclaration lue aux Etats généraux du commerce à Bercy.
Cette mesure représente aussi « du pouvoir d’achat » pour les salariés et permettra « le renforcement de l’attractivité touristique pour que la France soit forte », est-il ajouté dans la déclaration, sans préciser quelle forme prendraient ces « assouplissements » en matière d’ouverture dominicale.
Le Conseil du commerce de France demande la possibilité pour les commerçants d’ouvrir librement 10 à 12 dimanches par an, même lorsqu’ils sont situés hors zone touristique.
La loi sur le travail du dimanche du 10 août 2009 permet des ouvertures de magasins le dimanche qui varient en fonction du type de commerce et du lieu (communes touristiques ou périmètre spécifique).
En dehors des cas prévus par cette loi, tous les magasins
peuvent ouvrir cinq dimanches par an sur autorisation préfectorale.
ang-fz/elm/DS