CFTC Paris | Licenciements boursiers. Les syndicats veulent plus
1259
post-template-default,single,single-post,postid-1259,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Licenciements boursiers. Les syndicats veulent plus

Licenciements boursiers. Les syndicats veulent plus

Comme la CGT, sa centrale espère une mesure plus ambitieuse : obtenir qu’un juge statue en référé, sur la justification économique de tout plan social dès qu’un syndicat le saisit. Et non après un arrêt d’activité, lorsque clients et cadres se sont envolés. « Aujourd’hui, le volet économique des négociations d’un PSE donne lieu à de fausses consultations où nous, syndicats, tentons de gagner du temps alors que les employeurs trépignent pour passer au second volet : celui des licenciements, regrette Maurad Rabhi, responsable des questions d’emploi à la CGT. Il faut que cela cesse. Si les magistrats saisis avaient désormais le pouvoir de trancher en faveur des arguments des salariés, le PSE serait suspendu. » Forte de ce levier et d’une présence accrue dans les conseils d’administration, la CGT assure qu’elle pourrait évoluer dès lors vers un syndicalisme de négociation (plus que de confrontation). Mais les syndicats auront-ils gain de cause face au patronat qui freine des quatre fers ? Réponse, normalement, d’ici à la fin de l’année.

Laurence Dequay

Marianne du 25 au 31 août 2012