CFTC Paris | L’insécurité reste une préoccupation des salariés gare du Nord à Paris (CFTC)
446
post-template-default,single,single-post,postid-446,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

L’insécurité reste une préoccupation des salariés gare du Nord à Paris (CFTC)

L’insécurité reste une préoccupation des salariés gare du Nord à Paris (CFTC)

PARIS, 28 septembre 2009 (AFP) – Les sanitaires, l’accueil des voyageurs, puis la sécurité apparaissent comme les trois premières préoccupations de salariés de la galerie marchande de la gare du Nord à Paris, où de violents incidents s’étaient produits il y a deux ans et demi, a indiqué lundi la CFTC Paris.

En mars 2007, l’interpellation par des gendarmes d’un usager du métro circulant sans billet avait dégénéré dans les sous-sols de la gare du Nord en affrontements entre jeunes et forces de l’ordre, durant plusieurs heures.

La CFTC Paris a cherché à savoir comment les salariés des commerces de la galerie appréhendaient leurs conditions de travail, via des questionnaires remis le 7 août et remplis par 111 salariés.

Leurs trois premières préoccupations sont l’accès aux toilettes (cité dans 28% des cas alors que la question n’était pas posée), l’accueil et l’orientation des voyageurs (dans 24% des cas alors que ce n’était pas non plus une question), la sécurité (23%), selon les conclusions de l’enquête, dont la primeur a été réservée à RTL et dont l’AFP a eu copie.

Sur le volet sécuritaire, 51% des salariés interrogés déclarent ne pas se sentir en sécurité dans leur magasin, 46% s’y sentir en sécurité et 2% n’ont pas d’opinion, précise la CFTC, expliquant que cela varie selon le type de commerce, l’emplacement ou la présence ou non d’un vigile.

A la question de savoir si la sécurité s’améliore gare du Nord, les avis sont partagés: 43% répondent oui, 42% non, 10% n’ont pas d’opinion, 5% ne savent pas.

Dans leurs remarques et suggestions libres, plus d’un quart des salariés ont critiqué l’état ou la difficulté d’accès des sanitaires, entraînant une « quasi obligation d’aller aux toilettes payantes », selon la CFTC Paris.

Autre point noir évoqué par certains salariés, « le manque d’agents SNCF pour renseigner les usagers », qui s’adressent par défaut aux employés des magasins, ajoute le syndicat.

L’ambiance générale de la galerie est jugée moyenne à 51%, bonne à 24%, mauvaise à 14%, très mauvaise à 8%, l’environnement (luminosité, bruit, aération, etc) étant jugé mauvais par 36% des salariés, très mauvais par 18%, moyen par 38% et bon par 8%.

La CFTC Paris a demandé à rencontrer le groupe Altarea, gestionnaire de la galerie marchande, la SNCF et la ville de Paris.