CFTC Paris | Lu dans Le Monde du 3.11.2015 à propos de Gilles Gateau, nouveau DRH d’Air France
2663
post-template-default,single,single-post,postid-2663,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Lu dans Le Monde du 3.11.2015 à propos de Gilles Gateau, nouveau DRH d’Air France

Lu dans Le Monde du 3.11.2015 à propos de Gilles Gateau, nouveau DRH d’Air France

gilles-gateau_00.jpg
À 56 ans, Gilles Gateau est un fin connaisseur de la matière sociale. Après avoir travaillé à l’ANPE durant trois ans, il s’est mis au service de la gauche en devenant conseiller technique de Martine AUBRY, la première fois où celle-ci fut ministre de l’emploi (1991-1993). Il a gardé de cette époque une solide amitié avec Guillaume Pepy, le patron de la SNCF, alors directeur de cabinet. Par la suite, Lionel Jospin a fait appel à lui, à Matignon, où il est resté de 1997 à 2001.
M. Gateau est une figure familière pour les responsables patronaux et syndicaux, qui apprécient ou, à tout le moins, reconnaissent ses qualités. « Il maîtrise parfaitement les dossiers. Il est compétent, très bosseur », affirme Véronique Descacq, numéro deux de la CFDT.
Bon nombre de ses interlocuteurs louent son « ouverture d’esprit ». « Il sait créer l’empathie », observe Jean-François Pilliard, vice-président du MEDEF, chargé du pôle social. « Il sourit souvent, il est rond dans la forme et il faut d’ailleurs être attentif à ce trait-là, durant une négociation, car il peut vous embarquer dans des jeux assez subtils. Il fait partie de ces protagonistes qui cherchent des compromis. »
Sur le compte pénibilité, par exemple, il a démontré sa « capacité d’écoute », enchaîne François Asselin, président de la CGPME : « Nous lui avons expliqué pourquoi nous ne voulions pas d’une fiche individuelle que l’employeur aurait remplie pour chaque salarié. Il a tenu compte de nos arguments et il les a intégrés au profit de solutions de bon sens.»
« C’est un homme calme, je ne connais personne qui en dise du mal », complète un collaborateur du premier ministre, en soulignant combien M. Gateau avait le profil idéal pour être conseiller social : « Lorsque Manuel Valls a été nommé à Matignon, nous l’avons tout de suite voulu pour occuper ce poste. »
Mais l’amateur de montagne ne laisse pas que des bons souvenirs. « Il est intervenu dans les négociations sur les retraites complémentaires pour faire aboutir un accord dont nous désapprouvons le contenu », s’énerve Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de Force Ouvrière. Sur l’extension du travail dominical dans les commerces, il était « dans le déni des réalités et du dialogue social », abonde Joseph Thouvenel, vice-président de la CFTC.