CFTC Paris | Lu dans l’Express du 19 novembre 2014
2024
post-template-default,single,single-post,postid-2024,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Lu dans l’Express du 19 novembre 2014

Lu dans l’Express du 19 novembre 2014

Dialogue social: troisième round vendredi, le couperet en décembre

 

Paris, 19 nov 2014 – Patronat et syndicats ont à nouveau rendez-vous vendredi pour tenter de s’accorder sur la réforme sensible du dialogue social dans l’entreprise, alors que le temps passe, le gouvernement ayant fixé le couperet à la fin de l’année.

 

Favorable à un assouplissement des seuils qui créent des obligations aux entreprises en fonction du nombre de salariés (notamment au 11e et 50e), l’exécutif a prévenu qu’il légifèrerait même sans accord pour « lever des verrous » à l’embauche. 

A ce stade, l’accord est loin d’être assuré. Certains sont très pessimistes, comme ce négociateur: « ça patine, ça s’enlise », dit-il, « mais il n’y a personne qui veut prendre la responsabilité de prendre acte de l’échec, de dire: +on n’y est pas arrivés+ ». 

Pour montrer qu’elle peut aussi être force de proposition, la CGT est montée au créneau en présentant ses propres propositions, après un texte patronal (Medef, CGPME, UPA) unanimement rejeté par les centrales (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC). 

« Sur la forme, bravo à la CGT! », s’est exclamé le président du Medef, Pierre Gattaz, mardi, en relevant la rareté d’une telle initiative du syndicat. 

La négociatrice de la CGT Agnès Le Bot a proposé une « représentation collective universelle » pour les salariés y compris dans les très petites entreprises (moins de 11 salariés), où elle est inexistante. Cela pourrait passer par une représentation externe dans les entreprises de moins de 50 salariés sans représentants du personnel. En échange la CGT abandonnerait l’obligation d’élire des délégués du personnel (DP) entre 11 et 50 salariés. 

– Des avancées pas à pas – 

(…) Le patronat a visiblement eu du mal à s’accorder puisque la troisième séance prévue le 13 novembre au siège du Medef a été annulée. Il devrait transmettre un nouveau texte aux syndicats mercredi. 

Le chef de file de la délégation patronale, Alexandre Saubot, a indiqué mardi que ce document « préciserait » certains points, sans en dévoiler le contenu, ni commenter les propositions syndicales. 

« Est-ce que le Medef veut vraiment arriver à un accord ou pas’ J’ai un doute », a confié récemment Joseph Thouvenel (CFTC). 

Selon lui, le patronat « fait une erreur stratégique », s’il laisse la main au gouvernement, et risque une « grosse déception ». « A la sortie, je ne suis pas sûr qu’ils seront gagnants ».