CFTC Paris | Mobilisation du 24 juin – J – 1
626
post-template-default,single,single-post,postid-626,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Mobilisation du 24 juin – J – 1

Mobilisation du 24 juin – J – 1

Etes-vous prêts à patienter 2 ans pour arriver à obtenir une retraite mensuelle de 811 euros ?

 
A la veille de la manifestation pour les retraites, la CFTC souhaite rappeler quelques données pour démontrer aux sceptiques – s’il en reste encore – l’utilité de participer aux manifestations pour dénoncer cette réforme aberrante et injuste.
 
La France, premier pays européen pour son taux de fécondité est le 116e mondial en ce qui concerne l’égalité salariale. Compte tenu de la réforme des retraites à venir, tout laisse à penser que ces deux situations vont, hélas, se stabiliser pour l’une et s’améliorer pour l’autre.
 
Les salariés qui attendent leurs âges de départ à la retraite pour avoir le taux plein (65 ans aujourd’hui) sont le plus souvent des femmes qui n’ont en moyenne que 34 annuités de cotisation et 811€ de retraite mensuelle. La retraite des hommes est elle en moyenne de 1410 €/mois.  Pour la CFTC Ce report de l’âge légal à 67 ans pour obtenir un taux plein est inadmissible ! Les femmes sont en effet encore une fois les premières victimes d’un choix financier au détriment d’un choix social mais surtout humain. Premières aussi à souffrir du temps partiel subi, des horaires décalés, du travail dominical, et désormais pour au moins 44% d’entre elles contraintes de prendre leurs retraites à 67 ans, les femmes sont chaque année un peu moins aidées dans la conciliation de leurs temps de vie de famille et de vie professionnelle.
Parallèlement à cette politique insoutenable, des mesures visant à rétablir la parité dans les entreprises sont annoncées. Ainsi, toute entreprise doit désormais publier annuellement un bilan sexué (formation, progression de carrières, salaires…) sous peine d’encourir une sanction financière de 1% de la masse salariale brute. La CFTC regrette qu’on ne demande nullement aux entreprises d’améliorer l’égalité hommes/femmes mais simplement de publier un vulgaire tableau. De vraies mesures de sanctions auraient pu avoir une réelle répercussion sur les femmes en emploi, sur leurs feuilles de salaires leur permettant de partir plus vite en retraite. Or, ce pseudo-dispositif n’aboutira en rien à rétablir une vraie justice et une vraie équité sociale pour les femmes qui travaillent en France.
 
La CFTC appelle donc ses adhérents et l’ensemble des Français à tous se mobiliser dès demain pour défendre leurs niveaux de vie mais aussi celui de leurs mères, de leurs épouses, de leurs sœurs et de leurs filles !
 
Jacques Voisin – président