CFTC Paris | Nicolas Dupont Aignan – Député de l’Essonne – nous répond
371
post-template-default,single,single-post,postid-371,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Nicolas Dupont Aignan – Député de l’Essonne – nous répond

Nicolas Dupont Aignan – Député de l’Essonne – nous répond

 Cher Monsieur,

 

J’ai bien reçu votre courriel du 31 mars,  par lequel vous me faites part de votre opposition à l’ouverture des commerces le dimanche ; je tiens à vous faire savoir que, pour ma part, je maintiens qu’il ne faut pas toucher au principe du repos dominical, et ce, pour trois raisons :

 

·      La première est que le travail du dimanche est supposé fondé sur le volontariat alors que l’on sait qu’il n’est en fait qu’une obligation déguisée ; or, ceci ne peut que compliquer la vie des familles, en particulier des femmes seules avec des enfants.

 

·      La seconde est que le travail du dimanche porte atteinte au petit commerce, seules les grandes enseignes de distribution pouvant rémunérer leur personnel en heures supplémentaires.

 

·      Le troisième est que, dans le contexte actuel de crise économique, il est plus que jamais nécessaire de remettre en cause le « tout consumérisme » et de retrouver d’autres modes de loisirs et de convivialité que les promenades en centre commercial !

 

Fort heureusement un grand nombre de parlementaires, qui sont également Maires, ont contesté la pertinence de ce projet de loi, au nom du bon sens et de la garantie d’une saine concurrence.

 

Le Gouvernement a ainsi dû battre en retraite et accepter un compromis restreignant l’autorisation du travail dominical à trois régions et dix dimanches par an ; le pire a été évité. Mais sachez que cette solution bancale aboutira sans aucun doute à un grignotage inacceptable, c’est pourquoi je voterai contre.

 

Je vous prie d’agréer, Cher Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

 

Nicolas DUPONT-AIGNAN