CFTC Paris | Ouverture de nuit des magasins : la justice dit non !
1172
post-template-default,single,single-post,postid-1172,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Ouverture de nuit des magasins : la justice dit non !

Ouverture de nuit des magasins : la justice dit non !

  

Le BHV (Rivoli) avait tablé sur une ouverture jusqu’à minuit ce soir et les Galeries Lafayette envisageaient de  fermer leur portes à 22 heures les 27, 28 juin et 5 juillet sans compter une série de nocturnes (21h) jusqu’au 11 août.

 

C’était sans compter sur l’avis du Tribunal de grande instance de PARIS  qui,  saisi par les organisations syndicales parisiennes du commerce dont la CFTC,

A, dans  sa décision rendue  lundi 25 juin,  enjoint les grands magasins à fermer leurs portes à 20 heures sous astreintes de 300 000 € par nocturne illégale pour le BHV et 100 000 € par infraction pour les Galeries Lafayette.

 

La CFTC se félicite d’une telle décision qui permet de préserver la vie familiale et personnelle des salariés contre le diktat de la consommation à outrance.

 

A ceux qui y voient une occasion manquée pour les salariés de gagner plus en travaillant de nuit, la CFTC tient à préciser que par exemple 90% des salariés qui travaillent au sein des galeries Lafayette n’appartiennent pas à cette enseigne mais sont sous la subordination de marques qui notamment ne respectent pas le volontariat.

 

Que deviennent les enfants quand les parents ne sont pas là ? Doivent-ils être placés chez une nounou qui coûtera plus cher que l’éventuel gain en salaire ? Laissés à eux-mêmes avec tous les risques y afférents ou déposés devant la porte des propriétaires de ces grandes enseignes,  qui eux ne sont pas au boulot quand les petites mains doivent vendre des chaussettes et autres colifichets pour le plus grand profit des actionnaires.