CFTC Paris | Ouverture obligatoire dans les centres commerciaux
3453
post-template-default,single,single-post,postid-3453,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Ouverture obligatoire dans les centres commerciaux

express_expansion.png

Ouverture obligatoire dans les centres commerciaux

Lu dans l'Express Expansion du 16 août 2016

express_expansion.pngLe refus de certains commerçants du centre commercial Grand Var d'ouvrir un jour férié illustre les limites d'une politique d'élargissement des horaires. Un défi pour Emmanuel Macron.

Patrick Brun est restaurateur, mais c'est aussi un as de la com. Condamné à une pénalité de 186 000 euros pour avoir fermé boutique le 14 juillet, le gérant de la brasserie Le Phénix, située dans le centre commercial Grand Var, a récidivé le 15 août, fort du soutien qui commence à se dessiner autour de lui. La probabilité qu'il paye cette somme exorbitante est pourtant plutôt faible. Le groupement d'intérêt économique qui gère le centre a concédé qu'elle devait être ramenée à un montant forfaitaire.

Mais en réclamant le droit de fermer le jour de son choix, même quand les règles imposent l'ouverture, ce commerçant indépendant a levé un lièvre.

"Grand Var n'est pas un cas isolé"

"Grand Var n'est pas un cas isolé. Il y a eu aussi des problèmes dans les zones touristiques internationales décrétées à Paris dans le cadre de la loi Macron", explique à L'Express Francis Palombi, président de la confédération des commerçants de France (CDF). "Au centre commercial Beaugrenelle, nous avons apporté notre soutien aux commerçants indépendants qui se sont mobilisés pour éviter de fortes amendes. Certains d'entre eux n'avaient tout simplement pas pu s'organiser à temps." 

En encadrant le travail du dimanche, la loi Macron a en effet poussé à l'augmentation des jours travaillés dans les centres commerciaux. Les maires ont pu augmenter le nombre de dimanches travaillés de cinq à douze. Et dans certains cas, trois des douze jours travaillés peuvent être piochés dans les jours fériés. Ce qui ne fait pas toujours l'affaire des commerçants indépendants situés dans les centres.

"Où est la liberté d'entreprendre?"

A Grand Var, le règlement adopté fin 2015 en assemblée générale, à l'unanimité des commerçants présents, impose l'ouverture sept dimanches et six jours fériés, fait savoir à L'Express la direction du centre. "C'est normal qu'il y ait des règles, mais où est la liberté d'entreprendre, de décider au plus proche du terrain? Dans ces structures, les votes sont pondérés en fonction de la surface commerciale. C'est le pot de fer contre le pot de terre. Nous avons beaucoup de remontées de salariés qui disent ne pas vouloir travailler ces jours-là, alors que leurs patrons sont obligés d'ouvrir sous peine d'amende", s'insurge pour L'Express Joseph Thouvenel, vice-président de la CFTC.

Le syndicat chrétien demande à Emmanuel Macron une nouvelle loi pour exempter les commerçants indépendants de l'obligation d'ouvrir en soirée, le dimanche ou les jours fériés. "Le travail le dimanche ou les jours fériés, c'est le même problème. On ne peut pas écrire dans une loi que le volontariat est requis tout en obligeant les magasins à ouvrir dans les zones commerciales."