CFTC Paris | ppl ASPA d’Isabelle Debré : quelques-uns de vos avis…
1217
post-template-default,single,single-post,postid-1217,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

ppl ASPA d’Isabelle Debré : quelques-uns de vos avis…

ppl ASPA d’Isabelle Debré : quelques-uns de vos avis…

« Comment ne pas être d’accord pour les personnes ne touchant que 777 € par moi, même si la solution serait d’augmenter le minimum vieillesse« 

(Didier Lejean)

 

« Comment peut on vivre avec 777,71€ par mois ?? Bien sur qu’il faut autoriser le cumul à ceux qui ont la possibilité de travailler ! »

(Jean-Marie Rabory)

 

« De nos jours La santé physique et la santé mentale ont toutes deux tendance à être meilleures, et l’espérance de vie de nous aînés (es) est plus élevée.

Mais  reste tout de même un risque d’inégalité inévitable face aux personnes les moins robustes, qui auront comme tous, également le choix d’une reprise d’activité (avec la possibilité d’un  meilleur revenu) mais qui eux cumuleront  les deux peines (précarité pécuniaire et santé précaire!!

Seuls les plus solides pourront  faire la demande d’ un possible retour au travail.

Pour ma part je suis vraiment d’accord pour avoir le choix et l’autorisation« 

(Evelyne Chenet)

 

« Je pense que c’est une bonne idée, ce qui permettrait peut être un complément de salaire indispensable« 

(Jean Delaire)

 

« Je trouve cette proposition tout à fait honnête vis-à-vis des personnes qui essayent par tous les moyens « légaux » de se sortir de difficultés financières.

Je pense même qu’il est triste que ceci ne soit pas fait sans que l’on ai besoin de se poser la question. Bienvenue au 21eme siècle où l’amour et le respect ne font pas le poids par rapport aux doux billets verts.

Ceci dit, il est à mon sens impératif de rester vigilants à tout ce que ceci risquerait d’impliquer pour ces personnes.

J’explique ceci par le fait qu’ayant possibilité d’avoir des revenus plus « modestes » (A ne pas comparer avec certains dirigeants ou sportifs de hauts niveaux…) certaines personnes risque de perdre des aides dont elles bénéficiaient avec une maigre retraite. Voir dans ceci des aides au logement, au transport publics, aux soins… qui sont calculées en fonction des revenus.

Il faudrait une étude au cas par cas, ou une assistance aux personnes concernées afin d’étudier les pertes envisageables.

D’un côté on donne et de l’autre tout est mis en place pour récupérer… »

(Stéphane…)

 

« C’est un sujet difficile mais je vous transmets mes réflexions sur le sujet.
Il faudrait connaître l’exact profil sociologique des bénéficiaires de l’ASPA. Mais si, comme cela est probable, ce sont des personnes âgées (moyenne de plus de 70 ans) et connaissant des difficultés financières et sociales, leur donner la possibilité d’exercer une activité professionnelle ne doit pas être un mirage pour elles à l’effet, à terme, négatif.
C’est pourquoi une structure, de type Centre d’Action Sociale de Commune ou des Caisses de Retraite, devrait les « coacher » et faire le lien avec les potentialités professionnelles. Si ces structures ne sont pas mobilisables, alors le secteur associatif (de type Secours Catholique) pourrait tester cette idée de lien.
De toutes manières, remettre les personnes au travail, même partiel, passé 70 ans, ne peut pas représenter une réelle solution pour les citoyens concernés ».

(Philippe Roux)

 

J’ai lu la proposition de la Sénatrice qui intellectuellement est intéressante et permettrais de meilleure condition de vie pour les bénéficiaires de l’ASPA.
Faudrait-il du même coup l’étendre au bénéficiaire du RSA qui ne l’on que de manière temporaire.
Et la création d’une taxe additionnelle, qui sera financé…… par l’entité SÉNAT why not…….. »

(N.B. UD 77)

 

« Le principe d’égalité est essentiel et il est clair que tous les retraités doivent pouvoir avoir les mêmes conditions. Par contre pourquoi limiter à 1,2 fois le SMIC. Laissons les individus à leurs initiatives et gagner autant d’argent qu’ils peuvent la retraite étant le fruit du travail passé. »

(Stefan)

 

« N’étant pas nullement un spécialiste des questions de retraites, je souhaiterai donner un avis  à chaud sur le sujet  pour lequel nous sommes interrogés, en considérant que le contexte économique dans lequel nous évoluons,  me fait envisager le pire dans les années à venir, et que les dispositifs basées sur la répartition seront amenés à être reconsidérés, qu’on le veuille ou non. Je précise afin de récuser toute équivoque que je porte le plus grand intérêt à l’obligation de solidarité que l’on se doit en faveur des plus démunis : je comparerai notre situation actuelle  à la période 30-40 de « drôle de guerre », une conscience endormie, unanimement partagée, d’une guerre économique inéluctable dont on ne veut pas envisager les effets dévastateurs.

Puisque l’ASPA a pour vocation de pallier à une  insuffisance, si ce n’est, une absence de cotisations ayant consacré une activité de travail, et ce, pour de bonnes,  mais aussi parfois pour de moins bonnes raisons (personnes ayant travaillé au « noir »), il me parait légitime d’étendre un dispositif permettant à des bénéficiaires de compléter leur maigre pension en occupant un emploi.

Préventivement, compte tenu de la nature  hétérogène des prestations qui pourraient être offertes, il faudrait pouvoir mesurer la conséquence sur les personnes  déjà en recherche d’emploi , même à temps partiel , qui seraient susceptibles de perdre des opportunités.

Il se pourrait que l’effet d’éviction soit marginal !?!

Toutefois, attaché à la valeur Travail, à l’esprit de responsabilité (qui n’a rien à voir avec le concept très chrétien de la contrition), il me semblerait salutaire d’assortir cette faculté d’une  diminution symbolique de l’ASPA en ce qu’elle offre l’occasion pour les bénéficiaires de contribuer en retour à l’effort national de solidarité.

Inutile de monter une un usine à gaz, sur des calculs  de seuil ou de pourcentage déclenchant de la ponction proposée : une retenue de  l’ordre 10% sur le montant de l’allocation,  dès lors quelle n’a pas pour effet de diminuer le revenu global  après addition d’un salaire me semblerait à la fois symboliquement  et comptablement approprié. »

(Angelo Scoppettulo)