CFTC Paris | CFTC Medias
5
archive,category,category-cftc-medias,category-5,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

CFTC Medias

Lire la suite Merci à tous ceux, quelle que soit leur opinion, qui ont consacré leur dimanche à faire vivre notre démocratie....

Lire la suite. CFTC AN – CFDT – CFE-CGC – CGT CP – SNCP FO – SOLIDAIRES AN – UNSA USCP Madame Myriam El KHOMRI Ministre du Travail et de l'Emploi 127 rue de Grenelle 75007 Paris   Paris, le 3 avril 2017 Objet : demande conjointe d’audience   Madame la Ministre, Depuis plusieurs semaines, nos organisations...

Lire la suite. Le monde syndical vient de connaître une petite révolution : la Confédération française démocratique du travail (CFDT) est désormais le syndicat le plus représentatif du secteur privé au détriment de la Confédération générale du travail (CGT) dont elle a pris la place. Pour...

Lire la suite Merci aux salariés et aux militants sociaux-chrétiens et tant pis pour ceux ; nombreux du côté des sachants officiels ; qui après avoir annoncé la disparition du syndicalisme chrétien en 2013, prévoyaient une régression pour 2017. Nous sommes là et bien là ! Nous...

Lire la suite

Le Grand Décryptage du 21/03/2017 par CNEWS

 

Lu dans le Parisien du 22 mars 2017

Depuis plusieurs années, les petites mains du Parlement se battent pour l’obtention d’un statut à part entière. Selon deux syndicalistes que Le Parisien - Aujourd’hui en France a joints, cette clarification permettrait d’éviter les abus et… les soupçons d’emplois fictifs. Pour eux, Myriam El Khomri pourrait être un recours. Ils sont là pour assister les 577 députés dans leur mandat et sont recrutés par les députés directement. Mais les quelque 2.000 collaborateurs parlementaires ne bénéficient pas d’un statut clair et leurs missions sont peu définies, comme en attestent les affaires Fillon et Le Roux. Thierry Besnier, secrétaire général du Syndicat national des collaborateurs parlementaires (SNCP-FO) et attaché d’une députée PS, lance un appel à la ministre du Travail, Myriam El Khomri, pour qu’elle prenne des mesures et impose un vrai statut. Pour lui, la transparence dans l’emploi des petites mains du Palais Bourbon «dépend du droit du travail» : il faut définir les missions avec une fiche de poste et des modalités salariales, proches de celles d'un employé du privé. Même son de cloche pour Gonzague de Chantérac, représentant de la CFTC des collaborateurs parlementaires, et conseiller d’un député LR. Pour lui, un statut clair des assistants parlementaires doit imposer entre autres une grille des salaires. Il préconise par ailleurs la création d'une commission administrée par le déontologue de l'Assemblée et qui donnerait une recommandation sur le recrutement d'un assistant parlementaire. L'employeur resterait le député. Mais les deux représentants des syndicats ont la triste impression que personne ne veut avancer sur la question malgré les scandales des affaires Fillon et Le Roux de ces dernières semaines. Ces deux «collab’» répondent aux questions du Parisien.