CFTC Paris | REPOS DOMINICAL : LA France DOIT RESPECTER SES ENGAGEMENTS INTERNATIONAUX
1370
post-template-default,single,single-post,postid-1370,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

REPOS DOMINICAL : LA France DOIT RESPECTER SES ENGAGEMENTS INTERNATIONAUX

REPOS DOMINICAL : LA France DOIT RESPECTER SES ENGAGEMENTS INTERNATIONAUX


Chronique de J. THOUVENEL du 04.12.2012 sur Radio Notre Dame (100.7)
Lire la chronique, c’est bien ! L’écouter, c’est encore mieux !

A quoi servent les Institutions Internationales ? À humaniser les relations sur la planète, en fixant des règles de bon comportement, voire des règles de droit visant à instaurer durablement la paix entre les Nations.
C’est pour cette raison qu’à la suite de la grande boucherie européenne fut créée, en 1919, l’OIT, l’Organisation Internationale du Travail. Cette institution basée à Genève est chargée d’élaborer et de superviser les normes internationales du travail. Elle devint la première agence des Nations Unies dès 1946 et fut dotée d’une structure qui rassemble des représentants des gouvernants, des employeurs et des travailleurs.
Le but : promouvoir le travail décent pour tous.
Pour ce faire sont négociées et élaborées des conventions, soumises à la ratification des Etats.
Le pays qui signe ces textes s’engage, par la même, à les appliquer et les respecter.
La France est signataire de la convention 106 sur le repos hebdomadaire, dont l’article 7 précise que l’on ne peut déroger à celui-ci :« Que si la nature du travail, la nature des services fournis par l’établissement, l’importance de la population à desservir ou le nombre de personnes employées ne permettent pas l’application du régime normal du repos hebdomadaire. » La loi sur le Dimanche dite « du Docteur MALLIE » cet ex-député, profession libérale, qui avait à cœur de faire ouvrir les grandes surfaces le Dimanche, ne respecte en rien les engagements de notre pays envers l’Organisation Internationale du Travail. Et ce malgré le rappel à l’ordre adressé au gouvernement Français par l’OIT, celle-ci écrivait dans son rapport annuel : « les considérations sociales, à savoir l’impact de cette dérogation sur les travailleurs concernés et leurs familles, ne paraissent pas avoir été prises en compte ou en tout cas pas au même titre que les considérations économiques » L’organisation internationale précisant que la hausse des dérogations au repos hebdomadaire en France « obéit à des préoccupations économiques sans tenir compte de l’impact social sur les salariés »
La demande d’explication adressée au ministre du travail par l’OIT est à ce jour restée sans réponse.
J’avais personnellement saisi Xavier BERTRAND, l’ancien Ministre, de cette question.De réponse il n’y en eu point.
j’ai saisi dès le mois de mai, michel Sapin, l’actuel Ministre du Travail.
A ce jour malgré 2 relances, toujours pas de réponse.
Alors la signature et les engagements de la France en matière internationale, chiffon de papier tout juste bon pour la com. et le badigeonnage de notre pays aux couleurs des droits de l’homme ? 

On pourrait le croire !

En tout cas Dimanche n’allez pas dans les grandes surfaces, faites un cadeau à une famille, offrez-lui le septième jour de repos.

A la semaine prochaine…